Listening Skills – L’avis de Marie #3

http://podclub.ch/fr/emissions/l-avis-de-marie-f/190-lavis-de-marie-3-grippe-transports-publics-et-tierce-13-mars-2009

Bonjour. Moi c’est Marie. Aujourd’hui, c’est le 13 mars. Bienvenue sur mon podcast ” l’Avis de Marie “. J’espère que vous allez bien.  Comme vous le devinez à ma voix, que je vous prie d’excuser, j’étais malade. Ce n’est pas très original mais la grippe sera le sujet de ma première partie. Dans ma deuxième partie, je voulais vous parler des différences entre la France et la Suisse, mais le sujet est vaste, et donc, aujourd’hui, il ne sera question que de transports publics. Si vous aimez les courses de chevaux et le jeu, ma troisième partie vous intéressera car je vous présenterai le tiercé [1].

Hello. Me, I am Mary. Today is March 13. Welcome to my podcast “Notice of Mary.” I hope you are well. As you can guess my voice, I apologize, I was sick. It’s not very original, but the flu will be the subject of my first part. In my second part, I wanted to talk about the differences between France and Switzerland, but the subject is vast, and so, today, it will be a question of public transport. If you like horse racing and gambling, the third party will interest you because I will present the trifecta [1]. 

Voici plus d’une semaine que j’ai la grippe. C’est drôle tout de même, je n’avais pratiquement pas de chauffage de tout l’hiver et n’ai jamais été malade. Mais, depuis que chez moi il y a des températures normales, j’ai pris froid. Ce n’est à rien y comprendre. Tout a commencé la veille [2] de mes deux jours de congé. Sentant que j’allais pouvoir me reposer quelques jours, mon corps a laissé tomber ses défenses [3] et s’est laissé envahir [4] par la grippe !

Here, it has been more than a week that I have the flu. It’s funny all the same. I had virtually no heat all winter and have never been sick. But after I am home and there are normal temperatures, I have a cold. It is nothing to understand. It all started the day before [2]  my two days off. Sensing that I was able to rest a few days, my body dropped its defenses [3] and was left to be invaded [4] by the flu!

Vous savez comment cela commence : d’abord on a le nez qui coule, on se sent courbaturé, c’est à dire qu’on a mal aux muscles, et on a des frissons dans tout le corps. J’ai tout de suite commencé à boire des grogs, c’est-à-dire du rhum avec un peu de thé et du miel. Le grog est un remède naturel qui soigne les symptômes de la grippe. ” Un bon grog et au lit ! ” disait ma grand-mère.

You know how that starts: first it was a runny nose, you feel stiff, one feels muscle aches, and chills throughout the body. I had immediately started drinking grog, that is to say rum with some tea and honey. Grog is a natural remedy that treats the symptoms of the flu. “A good grog in bed!” said my grandmother.

J’en ai bu, mais j’ai commencé à tousser, à avoir mal à la gorge. Alors je me suis fais des canards. Mais non, je n’ai pas mangé l’animal qui fait : ” coin-coin “. Un canard, c’est du sucre que l’on mouille [5] dans de l’eau de vie. Cette eau qui donne la vie – quel nom tout de même – est fabriqué à partir de fruits et s’appelle aussi digestif. ” Ça tue les microbes ! ” disait ma grand-mère. J’en ai bu, et rebu mais j’ai tout de même perdu ma voix et mon corps était de plus en plus fatigué. Je me suis donc décidée à rendre visite à mon médecin qui, pour traitement, m’a conseillé le repos. Et voilà comment j’ai passé des journées entières dans mon lit à manger des soupes, à dormir, à rêver et à lire. Je me suis sentie coupée du monde et ai eu l’impression de redevenir une petite fille, loin des soucis [6] du monde et confortablement installée sous ma couette [7] avec mon chat.

I drank, but I started coughing, a sore throat. So I am making like ducks. But no, I did not eat the animal that is “quack quack.” A duck is the sugar that we wet [5] in the water of life. The water that gives life – that is the name anyway – that is made ​​from fruit and is also called digestive. “It kills germs!” said my grandmother. I drank, and drank again but I still lost my voice and my body was more tired. So I decided to visit my doctor for treatment, he advised me to rest. And that’s how I spent the whole day in bed eating soup, sleeping, dreaming and reading. I felt cut off from the world and felt I was once again becoming a little girl away from the worries [6] of the world and ensconced under my duvet [7] with my cat.

Petite fille, j’aimais être malade et j’étais assez bonne actrice. Évidemment je n’étais pas vraiment malade, mais juste assez pour que le matin ma mère me garde à la maison. J’adorais quand elle m’apportait mes soupes dans ma chambre, quand elle me faisait un câlin [8]. Sans doute que je jouais un peu la comédie mais c’était juste pour être dorlotée [9], c’est à dire pour qu’on s’occupe un peu plus de moi. Les après-midi étaient parfois un peu longs mais je trouvais toujours de quoi faire. Un jour, j’étais sur mon lit en train de faire des acrobaties quand mon père est venu voir la malade que j’étais. Le lendemain, j’ai eu beau dire que j’avais de la fièvre et que j’avais mal à la tête, pour mon père je n’étais qu’une malade imaginaire [10] qui devait retourner à l’école.

A little girl, I loved being sick and I was a pretty good actress. Obviously I was not really sick, but just enough so in the morning that my mother kept me at home. I loved how she brought me my soup in my room, when she gave me a hug [8]. Without a doubt I was playing a little comedy but it was just to be pampered [9], that is to say for me to be cared for a little more. The afternoons were sometimes a bit long but I still found plenty to do. One day I was on my bed doing acrobatics when my father came to see me because I was sick. The next day I was fine to say that I had a fever and I had a headache, to my father I had a sick imagination [10] that had to go back to school.

Une première différence qui me vient à l’esprit quand je compare la Suisse et la France concerne [11] les transports publics en dehors des villes. J’ai l’impression qu’en Suisse tout le monde se déplace en train ou en bus et peut, grâce à ceux-là, se rendre dans chaque village, dans chaque coin [12] du pays. Les infrastructures y sont très développées [13]. En France, c’est bien différent. Dans les zones rurales [14], loin des villes, le transport public n’y est pas franchement développé.

One difference that comes to my mind when I compare Switzerland and France, concerns [11] public transport outside the cities. I feel that everyone in Switzerland moves by train or bus and can, through these, visit every village, in every corner [12] of the country. The infrastructure is very developed. [13] In France, it is different. In rural areas [14], far from the cities, public transport is not really developed.

Dans mon village par exemple, il y a un bus qui part le matin, qui amène les enfants au collège [15] et qui les ramène le soir et cela seulement pendant les périodes scolaires. C’est le seul transport public français. Alors que devant ma maison, à l’extérieur du village, le long de la frontière, il y a un arrêt de bus de la Poste suisse où plusieurs fois par jour un bus s’arrête. Bref, en France, sans voiture, il est impossible de survivre dans les zones rurales !

In my village for example, there is a bus that leaves in the morning, which brings children to school [15] and returns them back in the evening and then only during the time of the term. It is the only French public transport. While at my house, outside the village, along the border, there is a bus stop of the Swiss Post Office where several times a day, a bus stops. In short, in France, without a car, it is impossible to survive in rural areas! 

C’est tout de même drôle non ? Nous sommes dans le siècle de la communication, avec internet la planète devient toute petite, en avion on va en quelques heures de l’autre côté de la terre, mais sans voiture il m’en faudrait autant pour aller acheter mon pain. Je m’explique : La première boulangerie est à 10 kilomètres. Si je rate le bus des collégiens, que je n’ai pas de vélo, je n’ai plus qu’à y aller à pied. Comme j’étais malade, je suis en petite forme physique, j’avance donc à 3 kilomètres par heure. Je fais le calcul : 10 kilomètres aller, plus 10 kilomètres retour, cela fait 20 kilomètres, divisés par 3, ça fait 6,6. Allez, il me faudrait environ 6 heures pour chercher mon pain et rentrer chez moi, soit autant que pour aller de Paris à New-York. C’est fou non ?

It’s all the same funny, no? We are in the age of communication, with the internet the world is very small, we will air in a few hours on the other side of the earth, but without a car it would take me a lot of time to buy my bread. Let me explain: The first bakery is located 10 km away. If I miss the college bus, I do not have a bike, I just have to walk there. Since I was sick, I’m am small in form, so I walk 3 km / hr. I do the math: 10 kilometers to go, more than 10 km return, this is 20 kilometers, divided by 3, it’s 6.6 hours. Come on, it would take me about 6 hours to get my bread and return home, as long as to go from Paris to New York. It’s crazy right? 

Enfin, vous l’aurez compris, le Français n’est pas prêt à abandonner [16] sa voiture. Rien ne l’encourage à utiliser les transports publics. Il y a peu de liaisons [17] et peu d’infrastructures. Le plus drôle, c’est qu’il y a 50 ans les campagnes étaient mieux desservies [18] qu’aujourd’hui. Dans presque chaque petit village, il y avait un train qui s’arrêtait. Et puis un jour, on a décidé que cela ne faisait pas gagner assez d’argent, bref que ce n’était pas rentable, et on a fermé les gares et supprimé des lignes.

Finally, you’ll understand that the French are not ready to give up [16] their car. Nothing encourages us to use public transport. There are a few connections [17] and a little infrastructure. The funny thing is that there are 50 years of campaigns that we are better served [18] today. In almost every village, there was a train that stopped. And then one day, we decided that it was not making enough money, in short  it was not profitable and we closed the stations and deleted the lines. 

De plus, il ne faut pas oublier que l’industrie automobile est la plus grande industrie française et qu’elle donne beaucoup d’emplois. Si les Français n’achètent plus de voitures, il faut en fabriquer moins, et en fabriquer moins signifie moins de travail. Vous me suivez ? C’est hypocrite, mais c’est la loi de l’économie. L’industrie automobile et l’état français ne vont sûrement pas motiver les Français à abandonner leur voiture et puis c’est vrai que devant les mouvements de grève de la SNCF, ils n’en ont pas envie !

Moreover, it should be remembered that the automotive industry is the largest French industry and gives many jobs. If the French are not buying cars, you must fabricate less, and in fabricating less means less work. You follow me? It is hypocritical, but it is the law of economics. The auto industry and the French state will surely not motivate the French to abandon their car and then it is true that before the strikes of the train, they do not want!

Vous aimez les chevaux ? Non, je ne vous demande pas si vous aimez manger de la viande de cheval, auquel cas je vous aurais demandé si vous aimiez le cheval. J’aimerais non seulement vous rappeler la règle d’orthographe, un cheval, des chevaux, mais je voudrais savoir si vous aimez l’animal [19] et son univers. Et, vous aimer parier ? Vous êtes joueur ? Oui ? Alors vous aimerez le tiercé. Je parle de cela car aujourd’hui nous sommes vendredi 13, et le vendredi 13 on tente sa chance au jeu et par exemple au tiercé.

Like the horses? No, I do not ask you if you like to eat horse meat, in which case I would have asked you if you liked the horse. I would not only remember the spelling rule, a horse, horses, but I would like to know if you like the animal [19] and his world. And love, you bet? Are you a gamer? Yes?Then you’ll love the trifecta. I mention this because today is Friday 13 and Friday 13 is trying his luck in the game and for example the trifecta.

Le tiercé est un jeu de pronostics sur des courses de chevaux. Jouer au tiercé, c’est parier [20] les trois premiers chevaux qui vont gagner la course. Les paris peuvent être faits dans l’ordre ou dans le désordre. Comment jouer ? Allez directement aux champs de courses appelés aussi hippodromes [21] ou alors, allez dans le premier PMU. Le PMU, c’est une sorte d’organisme de l’état qui contrôle les paris. Mais en fait le PMU est surtout un bar-tabac. Là, vous pouvez y acheter vos cigarettes, votre journal, et différents jeux à gratter.

The trifecta is a prediction game on horse racing. Playing trifecta is bet [20] the first three horses will win the race. The paris can be made ​​in order or randomly. How to play? Go straight from the racetrack also called racetrack [21] and then go to the first PMU. The PMU is a kind of organization that controls the state paris. But in fact the PMU is mainly a bar-tabac. There you can buy your cigarettes, your newspaper, and various scratch games. 

Vous pouvez y boire une bière ou un café, y jouer au loto et au tiercé. Souvent il y a une télé installée dans le PMU et on peut suivre les courses.  Le PMU, c’est le café du quartier ou du village, là où on se rencontre et où on joue. Mon oncle était un de ceux-là. Tous les dimanches matins et parfois les samedis, il retrouvait ses copains pour l’apéritif et ensemble ils jouaient gros, c’est-à-dire qu’ils jouaient de grosses sommes d’argent. Souvent ils gagnaient et cet argent leur permettait de payer d’autres apéros [22] et d’autres jeux. Le plus important c’était l’amour des chevaux, la passion du jeu, bref le plaisir.

You can drink a beer or a coffee, play the lottery and trifecta. Often there is a TV set in the PMU and you can watch the races. The PMU is the local café or village where we meet and where we play. My uncle was one of those. Every Sunday morning and sometimes on Saturdays, he found his friends for a drink together and they played big, that is to say, they played some big money. Often they earned that money and allowed them to pay other aperitifs [22] and other games. The most important was the love of horses, the passion of the game, short pleasure. 

La prochaine fois que vous irez en France, allez donc dans un PMU. Payez un apéro ou plusieurs à quelques joueurs et peut-être qu’ils vous donneront quelques bons tuyaux, c’est à dire quelques noms de chevaux qui vont gagner.

Next time you go to France, so go to a PMU. Pay for a drink or a few more players and maybe they will give you some great tips, ie some names of horses that will win. 

Bien, il est temps pour moi d’aller boire un grog. Je vous retrouve dans deux semaines. On parlera alors de ce qu’on trouve dans le sac à main d’une fille, du printemps et je continuerai avec les différences entre la Suisse et la France. D’ici là, donnez-moi votre avis sur mon podcast sur http://www.podclub.ch, et prenez soin de vous !

Okay, it’s time for me to drink a hot toddy. I’ll see you in two weeks. Then, there is what is found in the handbag of a girl, spring and will continue with the differences between Switzerland and France. Until then, give me your opinion on my podcast on www.podclub.ch and take care of you!

[1] le tiercé : un jeu de pari
[2] la veille : le jour d’avant
[3] la défense : la protection v. défendre
[4] envahir (v.) : pénétrer dans
[5] mouillé : contraire de sec
[6] le souci : le problème
[7] la couette : sur un lit remplace le drap et la couverture
[8] le câlin : gestes tendres, caresses affectueuses
[9] dorloter : donner des soins attentifs, donner de la tendresse
[10] imaginaire: qui n’existe pas
[11] concerner : avoir rapport à
[12] le coin : l(e)’endroit, le lieu
[13] développé : ici qui existe en nombre
[14] rural contraire de urbain : campagne / ville
[15] le collège : école obligatoire où vont les enfants entre 11 et 15 ans
[16] abandonner : laisser
[17] la liaison : communication entre deux points
[18] desservir : assurer un service de transport pour un lieu
[19] l(e) animal : la bête
[20] parier, le pari : jeu d’argent où celui qui a deviné juste gagne
[21] hippique : relatif aux chevaux
[22] l(e) apéro : l’apéritif

[1] the trifecta : a wagering game
[2] the day : the day before
[3] defense : protection v. defend
[4] invade (v.): enter
[5] wet : dry contrary
[6] concern : the problem
[7] the quilt : a bed replaces the sheet and blanket
[8] hug : gestures tender, loving caresses
[9] pampered : giving loving care, giving tenderness
[10] fantasy : that does not exist
[11] concern : having to report
[12] the corner : l (e) place the place
[13] developed : here exists in number
[14] Unlike rural urban : rural / urban
[15] College : compulsory school where children are between 11 and 15 years
[16] abandon : let
[17] binding : communication between two points
[18] serve : providing a transport service for a place
[19] l (e) animal : the animal
[20] bet, the bet : gambling where one who guessed correctly wins
[21 ] horse : on horses
[22] l (e) drink : aperitif

Advertisements

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s