L’Avis #31

http://podclub.ch/fr/emissions/l-avis-de-marie-f/346-lavis-de-marie-31-la-scoumoune-un-peu-dhumanite-dans-ce-monde-de-brut-2-juin-2010

Bonjour, c’est Marie. Bienvenue sur mon podcast ” l’avis de Marie “. Aujourd’hui 2 juin, c’est en quelque sorte une édition spéciale, un podcast un peu particulier. Pourquoi ? Car c’est de l’hôpital que je vous écris, enfin si je veux être honnête, c’est vrai que c’est de là que j’ai commencé à vous écrire et c’est de la maison que je termine. Je suis en arrêt maladie et donc en convalescence [1]. Aujourd’hui je vous demande donc d’être particulièrement gentils. Je vous parlerai tout d’abord de scoumoune, c’est-à-dire de malchance, et puis, vous verrez que l’humanité [2] se divise en deux, il y a ceux qu’on préfère oublier et puis il y a ceux qu’on n’oubliera jamais.

Hello, this is Mary. Welcome to my podcast “The opinion of Mary.” Today June 2, it is somehow a special edition, a rather special podcast. What for ? For it is the hospital that I write, then if I want to be honest, it is true that this is where I started to write and it is at home that I finish. I’m sick and thus in recovery [1]. Today I ask you to be particularly nice. I will tell you first of all Scoumoune, that is to say, bad luck, and then you will see that humanity [2] is divided into two, there are those that prefer to forget and then there those you never forget.

Evidemment si nous étions nés au Darfour ou entre deux attentats au Liban, notre notion de chance et de malchance serait tout à fait autre. Tout est relatif, mais enfin il est des jours, vous serez d’accord avec moi, où tout va mal. Parfois ces jours se prolongent [3] en plusieurs jours voire même en période. D’ailleurs lorsque ces petits malheurs arrivent, on dit: ” jamais deux sans trois “, c’est-à-dire qu’il faut s’attendre à voir, une puis deux catastrophes et accueillir [4] la troisième avec philosophie. Ensuite normalement selon cette loi [5] de la série, vous êtes tranquilles pour quelques temps, car après la pluie, vient le beau temps. Pendant ces temps où tout va mal, où se succèdent les accidents, on dit qu’on a la poisse, la scoumoune, c’est à dire qu’on est dans une période où la chance nous a abandonnés.

Obviously if we were born in Darfur or between two attacks in Lebanon, our notion of luck and bad luck would be quite another. Everything is relative, but anyway there are days, you will agree with me, where everything goes wrong. Sometimes these days are prolonged [3] for several days or even a period. Moreover, when these little misfortunes arrive, they said, “never two without three”, that is to say that we should expect to see, then two disasters and a host [4] the third philosophically. Then normally according to this law [5] of the series, you are quiet for some time, because after the rain comes the good weather. During those days when everything goes wrong, where accidents are succeeding, we say we have bad luck, the Scoumoune, ie we are in a period where luck has abandoned us.

Ces derniers temps, c’est donc ce qui m’est arrivé, les incidents se succédaient, je pensais en avoir fini qu’une autre série commençait. Un matin, je rate le train, puis la photocopie oublie un papier et, ce sont des documents incomplets que je distribue, j’ai droit aux réflexions de certains étudiants, normal, ensuite un autre, un peu plus tard me fait des  reproches, c’est injuste, je n’ai rien fait, c’est juste lui qui est stressé. Parfois, certains jours,  il y a des choses étranges dans l’air, comme des restes du volcan islandais, ces jours là, quand tout va mal, moi je n’ai qu’une envie : rentrer chez moi tranquillement. Mais quand la scoumoune est dans l’air, il ne faut même pas y penser ! Vous allez comprendre pourquoi.

Recently, it is what happened to me, incidents succeeded, I thought I had finished another series began. One morning I miss the train and then photocopy paper and forget, these are incomplete documents that I distributed, I am entitled to the reflections of some students, normal, then another, later blames me, it’s unfair, I did not do anything, it’s just he who is stressed. Sometimes some days there are strange things in the air, as the remains of the Icelandic volcano, on those days when everything goes wrong, I have only one desire: to go home quietly. But when Scoumoune is in the air, so do not even think about it! You will understand why.

Comme d’habitude après le travail, j’ai pris le train, comme d’habitude il était bondé, c’est-à-dire plein à craquer, plus une seule place assise. Bref, je suis restée dans le couloir. A Lyss, de nombreux voyageurs descendaient du train. Avant que d’autres ne remontent, je voulais me trouver une place assise. J’étais dans un de ces trains à étage [6], d’habitude, je monte toujours m’assoir au premier, mais ce jour-là je suis restée en bas. Il y a au rez-de-chaussée [7] un compartiment séparé par une porte en verre qui s’ouvre et se ferme automatiquement grâce à des capteurs. Moi ce jour-là je devais être transparente [8], car les capteurs ne m’ont pas captée et paf ! Au moment où je passais, la porte s’est refermée sur moi et je me suis pris la porte dans la tête. Trop c’est de trop, je ne sais plus si j’ai alors pleuré parce que j’avais mal, parce que j’en avais assez ou parce que j’avais eu peur. J’ai mis ma main sur ma tête et je saignais [9], j’ai voulu aller aux toilettes et, bien sûr elles étaient fermées !

As usual after work, I took the train, as usual it was packed, that is to say packed, not a single seat. In short, I stayed in the corridor. A Lyss, many travelers off the train. Other place only go back, I wanted to find me a seat. I was in one of these trains to floor [6], usually I always sit up at first, but that day I sat down. There are at ground floor [7] a separate compartment with a glass door that opens and closes automatically through sensors. Me that day I had to be transparent, [8] because the sensors have not picked up and bam! When I passed the door closed on me and I took the door in the head. Too much is too much, I do not remember if I cried then because I was wrong, because I was tired or because I was afraid. I put my hand on my head and I was bleeding [9], I wanted to go to the bathroom, and of course they were closed!

Et pas un seul contrôleur entre Berne et Bienne. Arrivée à Bienne, j’ai tout de même cherché un contrôleur pour lui signaler l’accident et lui demander de réparer cette porte, moi j’ai la tête dure, mais imaginez que ce soit un enfant ou une personne âgée qui se la prenne. Il me tend une carte en me rassurant que je n’avais pas grand-chose car si j’avais un traumatisme je ne serais pas capable de parler !! Bien sûr, j’avais mal à la tête, mais je ne m’en étais pas inquiétée plus que cela, on se cogne [10] le doigt de pied, on a mal au doigt de pied, on se cogne la tête, on a mal à la tête, mais le problème est que trois jours plus tard, prise de malaise, j’ai voulu avoir un avis médical, je suis donc passée à l’hôpital et ils m’ont gardée. Une contusion [11] cérébrale, cela se surveille[12]. Ah tiens, s’il y en a parmi vous qui travaillent à la SBB, dites leur que j’apprécierai qu’ils répondent à mon courrier. Affaire à suivre, alors je ne sais pas si la malchance existe, mais en tout cas, je crois mériter là que le soleil brille à nouveau.

And not a single controller between Bern and Biel. Arrival in Bienne, I still looked for a controller to report the accident to him and ask him to fix that door, I have a hard head, but imagine that it is a child or an elderly person who takes it . He hands me a card by reassuring me that I did not have much because if I had an injury I would not be able to speak !! Sure, I had a headache, but I was not worried me more than that, it bumps [10] the toe was sore toe, head you bump it has a headache, but the problem is that three days later, malaise decision, I wanted to have a medical opinion, so I went to hospital and they kept me. A contusion [11] brain, it is monitored. [12] Ah well, if any of you working at SBB, tell them I appreciate they respond to my mail. Stay tuned, so I do not know if there is bad luck, but in any case, I think I deserve where the sun shines again

Ce qui m’a choquée quand je me suis pris la porte dans la tête; c’est l’indifférence totale des gens. Pensez-vous que quelqu’un soit venu me demander comment j’allais ? Pas une, mais pas une seule personne ne s’est inquiétée [13] et je saignais de l’arcade sourcilière, c’est-à-dire au dessus de l’œil. Une dame d’une cinquantaine d’année, une dame qui sans doute souhaite qu’on dise d’elle que c’est une dame respectable, était assise en face de moi, pensez-vous qu’elle m’ait demandé comment j’allais, si j’avais besoin de quelque chose ?? Rien, nada, elle a même évité de croiser mon regard ! C’est incroyable tout de même, cette ignorance, cet individualisme. Une amie plus âgée m’avait un jour raconté que sa fille avait eu un malaise dans la gare, elle est tombée en plein milieu du quai, personne n’est allé vers elle, tous s’imaginaient que c’était une droguée… et c’est bien connu n’est ce pas, touchez une droguée et vous deviendrez drogués ! Non, je vous assure, c’est la bêtise qui semble être contagieuse [14] ! Cette jeune fille donc allongée sur le sol de la gare a été sauvée par un black [15]. Je vous raconte cela car quand j’entends ces gens qui se veulent respectables me dire que la jeunesse n’a plus de valeur et qu’il y a trop d’étrangers, moi je me dis que si les hommes mettaient leur énergie à lutter contre la bêtise, on se porterait tous mieux.

What shocked me when I took the door in the head; it is the total indifference of the people. Do you think someone came to ask me how I was? Not one, but not one person has expressed concern [13] and I was bleeding from his eyebrow, that is to say above the eye. A lady of about fifty years, a lady who probably wants to be told that it is a respectable lady, sat in front of me, do you think she asked me how j ‘would, if I need something ?? Nothing, nada, she even avoided meeting my eyes! It’s amazing all the same, this ignorance, this individualism. An older friend had once told me that her daughter had felt unwell at the station, she fell in the middle of the dock, no one has gone to her, all imagined that it was a drug addict .. . and it is well known, is not it, touch a junkie and you will become addicted! No, I assure you, it’s stupidity that seems to be contagious [14]! So this young girl lying on the floor of the station was saved by a black. [15] I tell you this because when I hear those people who want respectable tell me that youth has more value and there are too many foreigners, I think that if people put their energy to fight against stupidity, we would all be better

Heureusement, il y a dans la vie de belles rencontres. Il y avait d’abord pour moi, pendant ce séjour à l’hôpital, une des femmes de ménage hispanophone, avec qui j’en ai profité pour pratiquer mon espagnol. Et puis il y avait ma voisine de chambre, elle s’appelle comme moi, elle a 82 ans et tenait un restaurant. Que de points de ressemblances, mais elle, elle était mariée et veuves trois fois ! Bon là, elle a carrément de l’avance sur moi. C’est une petite mamie, toute vive, toute charmante avec qui j’ai passé vraiment du bon temps. Ce n’est jamais drôle d’être à l’hôpital et le temps est souvent bien long, mais avec elle c’était un vrai plaisir. Quand j’allais mieux, on mangeait ensemble sur la table de la chambre et quand les filles de salles [16] venaient pour enlever nos plateaux repas, on recommandait du café, parfois j’avais plus l’impression d’être dans un salon de thé qu’à l’hôpital.

Fortunately, there are in the life of beautiful meetings. There were first for me, during this hospital stay, one of the women of Hispanic household, with whom I have the opportunity to practice my Spanish. And then there was my roommate, her name like me, she is 82 years old and ran a restaurant. What similarities points, but she was married and widowed three times! Well, she has squarely ahead of me. It is a small granny, all lively, charming all with whom I really had a good time. It’s never fun being in the hospital and the weather is often very long, but it was a real pleasure. When I was better, we ate together on the table in the room and when the girls rooms [16] came to take away our lunch trays, it was recommended coffee, sometimes I had the impression of being in a living room Tea at the hospital.

C’est une coquine, car à chaque fois que le médecin ou un infirmier passait, elle avait un petit commentaire ” Il a de beaux cheveux lui “, ou encore, ” Lui, il a de beaux yeux “. Je me souviens, elle a absolument voulu regarder le début de l’élection de Mister suisse, et  le lendemain lorsque sa fille est venue lui rendre visite, sa première question a été de savoir si son candidat préféré avait gagné l’élection. Il faut croire qu’elle a, malgré son grand âge, du goût, car c’était bien lui le vainqueur ! Elle avait souvent la visite de sa fille et de deux de ses petits enfants et je ne sais pas pourquoi, peut-être parce que je partageais avec eux le chocolat que je recevais, ils m’ont un jour apporté chacun un petit cadeau fait maison : un petit cœur et un appareil photo en bois ! J’ai vraiment été émue. Ma nouvelle copine a quitté l’hôpital un jour avant moi, mais dès le lendemain matin elle m’a téléphoné pour prendre de mes nouvelles et je lui ai promis de passer la voir dès que j’irai mieux. Il est des rencontres qui vraiment redonnent le sourire.

It’s a naughty, because each time the doctor or nurse spent, she had a small comment “He has nice hair it,” or, “He, he has beautiful eyes.” I remember, she absolutely wanted to watch the start of the Mister Switzerland election and the next day when his daughter came to visit him, his first question was whether their preferred candidate had won the election. You have to believe it, despite his great age, taste, because it was him the winner! She often visited her daughter and two grandchildren and I do not know why, maybe because I shared with them the chocolate I received, they brought me one day each a small homemade gift : a small heart and a wooden camera! I was really moved. My new girlfriend left the hospital a day before me, but the next morning she phoned me to take from me and I promised him to go see her as soon as I get better. There are meetings that really give back a smile.

Je vous laisse, je sens que déjà je fatigue, les neurologues me disent que ma fatigue est tout à fait normale et qu’il me faut me reposer, ne pas trop en faire. De toute façon je sens bien que je n’ai pas encore tous mes moyens. Je vous retrouve dans deux semaines et j’espère que d’ici là j’aurais retrouvez toute ma tête. J’aurais alors pris le temps de lire les journaux  et d’être attentive au monde. En attendant, laissez-moi vos messages sur http://www.podclub.ch et d’ici-là, faites bien attention à vous, regardez où vous mettez les pieds, et allez vers les autres. A bientôt

I leave you, I feel like I get tired already, neurologists tell me that my fatigue is quite normal and I need to rest, do not overdo it . Anyway I feel that I have not all my means. I’ll see you in two weeks and I hope that by then I would find my head. Then I would have taken the time to read newspapers and to be attentive to the world. Meanwhile, let me your messages on http://www.podclub.ch and until then, take care of you, watch where you step, and go to another. See you soon

[1] la convalescence : période qui suit une maladie et pendant laquelle on reprend des forces
[2] l(a) humanité : ici : bonté, pitié, sensibilité
[3] se prolonger : durer
[4] accueillir: recevoir
[5] la loi : la règle
[6] l(e) étage : exemple : j’habite au 1er étage, Paul au-dessus de moi, c’est à dire au 2e étage
[7] le rez-de-chaussée : c’est entre la cave et le premier étage
[8] transparente: qu’on ne voit pas
[9] saigner: perdre du sang
[10] se cogner : se heurter, recevoir ou prendre un coup, un choc
[11] la contusion : ce n’est pas cassé, mais c’est un choc, comme un traumatisme
[12] se surveiller : observer, faire attention à
[13] s’inquiéter: se faire du souci
[14] contagieuse : qu’on attrape facilement
[15] le black : homme de race noir, terme qui en France est tout à fait politiquement correct
[16] la fille de salle : une femme qui travaille dans un hôpital, qui apporte les repas, fait les lits

[1] convalescence: period after illness and during which the forces taken up
[2] humanity: here: kindness, compassion, sensitivity
[3] extend: last
[4] welcome: receive
[5] the law: the rule
[6] floor: example: I ‘ lives on the 1st floor, Paul above me, ie the 2nd floor
[7] on the ground floor: it is between the basement and the first floor
[8] transparent: we do not see not
[9] bleed: bleed
[10] bump: encounter, receive or take a hit, shock
[11] bruise: it’s not broken, but it’s a shock, such as trauma
[12] to monitor: observe, pay attention to
[13] worry: worry
[14] contagious: you catch easily
[15] the black: black man race, a term which in France is quite politically correct
[16] room of the girl: a woman who works in a hospital, bringing meals, made ​​the beds

Advertisements

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s