Michel Martelly TV5Monde Interview

This is Michel Joseph Martelly, a Haitian politician, former musician and businessman. Since May 2011, he is the President of Haiti, having been one of Haiti’s best-known musicians for over a decade, going by the stage name “Sweet Micky”.

An interesting exercise because you can hear another speaker of French, with their own linguistic style.

TV5Monde – Séries d’exercices – B1 intermédiaire

We’re going to explore the B1 section of TV5Monde’s website:

http://apprendre.tv5monde.com/fr/niveaux/b1-intermediaire

Unfortunately the videos on TV5Monde are adobe flash, and I cannot embed them into my blog, unless the video is uploaded to You Tube, and I am able to find it. I do, however, want to share this wonderful website. so please click there and consider working through their curriculum. The B1 section has 20 lessons with exercises.

http://apprendre.tv5monde.com/fr/apprendre-francais/astuces-pour-apprendre-linterview

Today’s click takes you to an interview found in the B1 section, with the following transcript:

La journaliste : Séquence musique à présent avec Fatoumata Diawara. Merci d’être avec nous.
Fatoumata : Merci.
La journaliste : Alors vous venez de sortir votre premier album.
Fatoumata : Exactement.
La journaliste : Il s’appelle tout simplement Fatou. C’est votre diminutif.
Fatoumata : Exactement.
La journaliste : Vous vouliez un album personnel ? C’était voulu ?
Fatoumata : C’est un peu personnel parce que pour cet album j’ai décidé d’apprendre la guitare pour pouvoir jouer tous les titres, pour pouvoir composer et réaliser. C’est vraiment ma rencontre avec la musique.
La journaliste : Alors il y a 12 titres sur cet album. Des chansons qui ont été entièrement rédigées par vous. Composées, également. Et vous allez le voir, Fatoumata Diawara c’est l’élégance dans la voix. On écoute un extrait du morceau Kanou.
Extrait musical en vidéo.
La journaliste : Pour un premier album, c’est un coup de maître. Même en Angleterre, vous étiez mentionnées dans les concerts à ne surtout pas manquer. Ça vous fait plaisir ?
Fatoumata : Oui, ça me fait vraiment plaisir que l’Angleterre et la France ont beaucoup bien accueilli cet album et j’avoue que pour un premier projet, ça fait vraiment plaisir.
La journaliste : On peut imaginer à l’avance que ça va marcher, pas marcher ?
Fatoumata : Disons que ce qui est bien, c’est qu’avec cet album, j’ai appris à être autonome. Quoiqu’il arrive, je ferai de la musique. Donc, c’est déjà ça. J’ai appris à jouer de la guitare et je sais maintenant arranger, composer, faire des harmos* donc c’est parfait, quoi.
La journaliste : J’imagine que ça vous fait d’autant plus plaisir que le parcours pour vous a été long, semé d’embuches. Vous êtes née en Côte d’Ivoire, vous avez été élevée au Mali par d’autres personnes que vos parents, par de la famille. Ça ne doit pas être facile de s’extirper de son milieu, de sa condition. C’est une lutte ?
Fatoumata : C’est une lutte mais j’essaye d’en faire quelque chose de positif. Quand on écoute cet album, tous les textes sont assez durs, un peu, plus ou moins durs, mais j’essaye d’aborder des mélodies très tendres, des mélodies avec beaucoup d’espoir et de se dire voilà, on va y arriver.
La journaliste : Vous êtes une battante.
Fatoumata : Il faut, il faut être une battante.
La journaliste : Et justement la preuve en musique avec Bissa, la rebelle.
Extrait musical en vidéo.
La journaliste : On vous voit là avec votre guitare. Votre guitare, c’est vraiment l’expression de votre liberté ?
Fatoumata : C’est mon meilleur ami. Et ça exprime beaucoup de liberté parce que je me suis retrouvée à faire pas mal de promo toute seule : voix- guitare. Et je n’aurais jamais imaginé ça deux ans avant et donc, c’est vraiment… effectivement, c’est un signe de liberté.
La journaliste : Alors le public français vous découvre pour la première fois avec la comédie musicale Kirikou et Karaba et devinez quoi ? Fatoumata Diawara est la sorcière. Pourtant on ne dirait pas à vous regarder.
Fatoumata : Exactement. Et ce qui est bien, c’est que j’ai eu ce rôle grâce à Michel Ocelot, le papa, le parrain, enfin le papa de ce projet, qui m’a regardé dans les yeux et qui m’a dit : « Je peux te confier mes bébés. » et j’avoue que, sans ces gens-là dans le monde, on ne peut pas y arriver.
La journaliste : Vous avez vos anges gardiens autour de vous.
Fatoumata : J’ai mes anges mais j’ai aussi la chance de rencontrer des gens qui savent reconnaître des talents et des gens qui peuvent qui savent avoir des responsabilités…
La journaliste : Merci Fatoumata Diawara.
Fatoumata : Merci à vous !
La journaliste : Merci pour ce fabuleux album. Je rappelle aussi que vous êtes en concert à Paris au New Morning et que ça sera le 29 novembre.

*Harmos (fam.) : harmonies

Translation:

Journalist: Now our Music Sequence with Fatoumata Diawara. Thank you for being with us.
Fatoumata: Thank you.
Journalist: So you just released your first album.
Fatoumata: Exactly.
Journalist: It is simply called Fatou. This is your nickname.
Fatoumata: Exactly.
Journalist: You wanted an album? It was intended?
Fatoumata: It’s a little personal, because for this album I decided to learn the guitar to play all the titles, in order to compose and perform. This really is my encounter with music.
Journalist: So there are 12 tracks on this album. Songs that were written entirely by you. Composed, too. And you will see, Fatoumata Diawara has an elegance in her voice. We listen to an excerpt from the piece “Kanou”. [Music sample video].
Journalist: For a first album this is a masterpiece. Even in England, you were mentioned in the concerts not to be missed. It makes you happy?
Fatoumata: Yes, it makes me really happy that England and France have welcomed this album so much and I confess that for a first project, it is really fun.
Journalist: We can imagine in advance that it will work, not walk?
Fatoumata: They say what is good, is that with this album, I learned to be autonomous. Whatever happens, I will make music. So that’s something. I learned to play guitar and I know now how to arrange, compose, make harmony * so it’s perfect, you know.
Journalist: I guess that makes you all the more pleased that the journey has been long for you, strewn with pitfalls. You were born in the Ivory Coast, you were raised in Mali by people other than your parents, by the family. It must not be easy to get out of his environment, out of this condition. It is a struggle?
Fatoumata: It is a struggle but I try to do something positive. When you listen to this album, all texts are quite hard, a little more or less hard, but trying to address very tender melodies, melodies with great hope and say here, we will get there .
Journalist: You are a fighter.
Fatoumata: You have to be, you have to be a fighter.
Journalist: And indeed the proof is in the music Bissa, rebellious. [Music sample video]
Journalist: We see you there with your guitar. Your guitar is really the expression of your freedom?
Fatoumata: It is my best friend. And it expresses a lot of freedom because I found myself doing a lot of promotion alone: ​​voice-guitar. And I never imagined that two years before and therefore, it really is … actually, it is a sign of freedom.
The Interviewer: So you discovered the French public for the first time with the musical Kirikou and Karaba and guess what? Fatoumata Diawara is the witch. Yet you would not think to look at you.
Fatoumata: Exactly. And what is good is that I got this role by Michel Ocelot, dad, godfather, dad finally this project, who looked into my eyes and said ” I can confide to you my babies. “And I confess that without these people in the world, you can not get there.
Journalist: You have your guardian angels around you.
Fatoumata: I have my angels but I also get to meet people who can recognize talent and people who may know that I have responsibilities …
Journalist: Thank Fatoumata Diawara.
Fatoumata: Thank you!
Journalist: Thank you for this fabulous album. I also remember that you are in concert at the New Morning in Paris and it will be November 29.