Le Chef (2012) – Part 11 (Final)

http://filmfra.com/commeunchef.htm

From 1:13:10 – 1:18:11 (FIN)

TV Reporter : Coup de tonnerre dans la gastronomie, Alexandre Lagarde a renoncé à la course aux étoiles. Sa brigade travaille sous les ordres d’un jeune chef. Nous avons tenté d’en savoir plus. Messieur, pouvez-vous nous dire quelques mots sur ce nouveau chef ? Messieur ?
Antoine : Salut, Jacky.
Jacky : Salut, Antoine.
Antoine : T’es venu acheter ta tenue de chef ? (oui) Non ?
Jacky : Si. Rajoute vingt tenues pour ma brigade. Je tenais à te l’announcer en personne. (ok) Salut, Antoine.
TV Reporter : Jacky Bonnot, un surdoué de la cuisine.
Nurse : Bonjour. Vous êtes le papa ?
Jacky : Oui, c’est moi.
Nurse : Felicitations.
Jacky : C’est un travail d’équipe. J’y serais pas arrivé sans ma brigade. Vous parlez de… ? ça, j’étais tout seul. Je peux lui faire du bœuf bourguignon ?
Nurse : Dans deux, trois ans.
Jacky : Pourquoi c’est si long ?
Nurse : C’est un bébé ?
Béatrice : Hey, ça fait longtemps que t’es là ? Elle est tellement belle.
Jacky : ça s’est bien passé ? Hey, un contrat de travail.
Béatrice : C’est super.
Jacky : Faut que je te raconte…
Béatrice : Moi aussi, faut que je te raconte.
Jacky : Tu veux bien devenir ma femme ?
Béatrice : Fais-moi une vraie déclaration. Pas une demande à la noix.
Jacky : Une vraie déclaration ? Genre… Béatrice, mon amour, veux-tu devenir ma femme ?
Béatrice : Oui, attends. La fois où tu m’as menti, pourquoi techniquement on n’était pas ensemble ?
Jacky : Techniquement, je m’en souviens pas très bien.
Alexandre : Bonjour à tous. Bienvenue dans la nouvelle émission hebdomadaire, Les grandes recettes d’Alexandre…et Jacky.
Fans : Jacky, a manger !
Jacky : Pour cette première, nous allons faire un classique. La côte de bœuf rôtie.
Alexandre : Oui, Aujourd’hui est un grand jour. (oui, oui) Aujourd’hui, Le Guide est paru et grâce à Jacky, Cargo Lagarde a conservé ses trois étoiles.
Jacky : Merci, merci, beaucoup. Trois étoiles que vous avez conservées depuis cinze ans, grâce à un travail formidable, Alexandre. (merci) Vous n’étes plus au Cargo Lagarde. Pourquoi vous faire engager comme cuisinier à Nevers ?
Alexandre : C’est chouette, Nevers.
Jacky : On voit des images chouettes de vous en train de cuisiner dans votre nouveau restaurant.
Alexandre : Bon déjeuner. Eh, je suis là avec Carole. (bonjour) La maîtresse de maison. Nous travaillons au milieu des gens. Pour retrouver des sensations de jeunesse.
Jacky : Regardez comme c’est beau. Je crois qu’elle est bientôt prête.
Alexandre : Magnifique, regardez ce que j’ai apporté. (du romaine) Magnifique.
Jacky : Pour faire quoi ?
Alexandre : Le mettre sur la côte de bœuf. (non) Comment ça ?
Jacky : On ne met pas de romarin.
Alexandre : Vous pleasantez.
Jacky : No, Alexandre, vous ne gâcherez pas cette côte de bœuf. Y a les sucs de cuisson, c’est ça qui est important.
Alexandre : Nous sommes en direct.
Jacky : On le dit en direct.
Alexandre : Remettez-la ici.
Jacky : Non, cette non pas. Ça va masqueer le goût. (venez) non.
Alexandre : Pas de romarin ! Revenez. On est en direct. Je le mets à l’eau plutôt que de mettre du romarin. (non) C’est juste un peu de romarin.
Jacky : Pourquoi pas du thym aussi ? Et de la ciboulette. (coupez, coupez)
Musique enjouee
FIN

Advertisements

Le Chef (2012) – Part 10

http://filmfra.com/commeunchef.htm

From 1:06:30 – 1:13:10

Board : Vous ne faites aucune référence à Anastasia Vladimirovna.
Amandine : ça ne me semblaît pas indispensable dans le chapitre sur Dostoievski.
Alexandre : Ce salaud m’avait promis de livrer tous les légumes.
Amandine : Papa !
Alexandre : J’arrive. Pardon, excusez-moi. Pardon, excusez-moi. Pardon, madame. Il faut que je parte, j’ai un probléme au restaurant. Ton travaile est formidable. J’ai pas tout compris, mais c’est très beau. Je suis très fief de toi. Pardonnez-moi, elle est formidable. Faut que j’y aille.
Amandine : Papa ?
Alexandre : Oui, quoi ?
Amandine : Merci.
Alexandre : Pour ce matin, le petit-déjeuner ? C’était bien. A tout à l’heure.
Board : Poursuivons, Madamoiselle Lagarde, poursuivons.
Matter : Oui, Alexandre a eu une très grande époque, mais il n’a plus évolué. Sa cuisine est préhistorique. Je me tais. Je voudrais pas vous influencer. La carte. Alors ? Qu’est-ce qu’il nous a préparé ?
Paul : Alexandre…
Alexandre : Paul. Tu es venu…
Paul : J’ai encore jamais raté le jour de ta nouvelle carte.
Alexandre : Ton peintre fait la carte du Printemps. Il les a trouvés où, ses légumes ?
Host : L’épicier du coin.
Alexandre : On est morts.
Critic : Faut appeler Alexandre Lagarde. C’est incroyable.
Critic 2 : On veut le féliciter. Je ne me souviens pas d’une telle subtilité alliée à une telle modernité. Comment fait-il pour mettre autant d’émotion ? Non.
Critic 3 : Une femme m’a plongé dans une baignoire pour me laver le corps avec de l’eau tiéde…Pas vous ?
Matter : ça ne m’étonne pas d’Alexandre. Je sais qu’on dit beaucoup de mal de lui, c’est ton Paris, mais j’ai toujours pensé que toujours c’était le meilleur. Toujours.
Critic 3 : C’est clair.
Matter : C’est clair.
Matter : Alexandre, c’est Stanislas. Rappelle-moi. Où est les critiques veulent voir Alexandre et il est injoignable.
Host : Je retourne en salle.
Jacky : Dites-leur qu’il travaille.
Matter : Ses recettes sont magistrales.
Jacky : On envoie les calamars. Chaud.
Matter : Ce mélange traditionnel, moléculaire. Je suis sur le cul ! Qu’il ait pu créer un truc pareil. Je suis sur le cul. Ils vont créer une 4e étoile pour lui. Ah….
Alexandre : Bonjour tout le monde. (bonjour, chef)
Jacky : Vous étiez là ?
Alexandre : Vous aussi, Messieur Matter ? Je peux goûter ?
Matter : Papa, tu m’as pas-dit que tu venais ?
Paul : T’avais pas à le savoir.
Alexandre : Vous avez fait ça avec les légumes de l’épicier.
Jacky : Ah, oui, c’est tout ce que j’avais sous la main. Vous avez entendu ? Vous avez gagné.
Matter : Alexandre. Je suis tellement, tellement content de te voir. Ils t’attendent. Tu vas faire un triomphe. Y a eu des frictions entre nous, mais c’est du passé. Huh ? Je tiens à ce que te restes au Cargo Lagarde. J’insiste. Brother. Je vais t’annoncer.
Alexandre : Le moment est venu pour moi.
Paul : Attends…Alexandre, Alexandre, qu’est-ce que tu vas faire ?
Jacky : Venez avec moi.
Alexandre : Mesdames et messieurs, vous avez aimé ma carte du Printemps et je vous en remercie. Mais…ce matin, je n’étais pas là. J’étais à la soutenance de ma fille. Elle l’a eue avec les félicitations. (bravo) Merci pour elle. Je salue nos amis du Guide qui sont là incognito. (pas du tout) Jacky, viens, viens. Mesdames et messieurs, Je vous présente Jacky Bonnot. (bonjour) C’est lui qui a créé la carte du Printemps. (umm)
Jacky : Merci chef.
Alexandre : C’est le nouveau chef du Cargo Lagarde. (eh) D’accord Messieur Stanislas ?
Matter : Ah mais…oui. Oui.
Alexandre : Je cherchais un successeur. Je l’ai trouvé. Si pourquoi, je vous announce que j’arréte la course aux étoiles.
Critic 2 : Qu’allez-vous faire ?
Alexandre : Oh, vous le saurez bien assez tôt. Félicitations.
Jacky : Merci, chef.
Alexandre : Bonne chance. Merci. Jacky. Il était beau, votre millefeuille. Tenez, offrez ça à Béatrice. Ça devrait mieux se passer, cette fois-ci.
Jacky : Non, Alexandre.
Matter : Jacky Bonnot est ma botte secrète. Messieurs, j’avais announcé surprise. C’est Jacky Bonnot.
Paul : Stanislas…(oui, papa) On a sauté les étapes trop vite. Avant de reprendre les rênes, retrouve le sens du produit.
Matter : Très bien. Que veux-tu que je fasse ?
Paul : On va trouver.
Jacky : Messieur Matter.
Matter : Oui mon ami.
Jacky : Je peux avoir un contrat de travail ?
Matter : Maintenant ?
Jacky : Oui, j’aurais besoin d’un contrat de travail tout suite.
Paul : Fais-lui.
Matter : Oui. On va signer. Tout de suite.
Paul : Fais-lui un chéque, aussi.
Matter : Je vais vous faire un chéque. Aussi. D’accord.
Jacky : Oui, d’accord. Ça tombe bien. Je viens d’être papa.
Matter : C’est formidable.
Jacky : Je suis pressé. Il faut que je parte à Nevers voir mon bébé.
Paul : Donne-lui ta voiture, aussi. (offf) Donne-lui ta voiture.
Jacky : Je veux bien. Y a de l’essence ? (oui)

Le Chef (2012) – Part 9

http://filmfra.com/commeunchef.htm

From 1:00:20 – 1:06:30

Amandine : Que fais-tu là?
Alexandre : On se présente pas à un examen le ventre vide. Je t’ai préparé un chocolat. Assieds-toi. Je vais te servir. Tu te souviens ? On appelait ça la brioche à l’Amandine.
Amandine : Tu m’en préparais chaque jour d’examen.
Alexandre : Oui, A l’époque, je cuisinais pour le plaisir. Je suis devenu celui qui a le plus de restaurants étoilés a monde. J’ai oublié ce que j’aime le plus. Toi et faire la cuisine.
Amandine : Il sont où, les autres ?
Alexandre : Je veux voir quand tu vas dire que Balzac a pompé sur les Cosaques pour écrire Peau de chagrin.
Amandine : T’as lu ma thèse ? T’as lu ma thèse ?
Alexandre : Mange
Amandine : Tu l’as lue ? Ummm…trois étoiles.
Jacky : Pourquoi y a rien de préparé ?
Chef : Marco veut plus rien nous vendre. Il reste plus aue des légumes bas de gamme. On peut rien leur murmurer.
Jacky : Quoi ?
Matter : Bonjour, Messieur Bonnot. Je cherche Alexandre.
Jacky : Il est pas là. Il viendra plus tard matinée.
Matter : Vous lui direz de m’appeler ?
Jacky : Oui.
Matter : Excuse. vous voudriez travailler avec moi ?
Jacky : Merci, non. Alexandre m’a fait confiance…
Matter : Oh…vout êtes trop pur, Jacky. Il faut penser à vous. Alexandre, Il s’obstine à vivre dans un temps qui n’existe plus.
Jacky : Je suis pas d’accord. C’est encore le meilleur. Il m’a promis de me prendre comme second.
Matter : Oui, s’il garde ses trois étoiles. Mais vous allez faire quoi sans lui avec des frigos vides ? Ah, des sandwiches au gruyére ? Vous présumez de vos forces. Vous n’arriverez à rien.
Jacky : Peut-être, mais je veux quand même essayer.
Matter : Essayer quoi ? Essayer quoi ? Ah, vous croyez être chef parce que vous refaites des recettes ? Vous ne l’êtes pas. Vous êtes un amateur. Et on est chez les professionnels, est ce. Vous avez déjà inventé quelque chose ? Huh, les œufs mimosa, le tiramisu ? C’est vous ? (Non) Non. Vous êtes un copieur. Juste un type qui fait du karaoké. C’est tout. Rentrez chez vous. Messieur Bonnot.
Jacky : Bon…
Moussa : Qu’est-ce qu’on fait ?
Jacky : Rien, on n’a pas de légumes, pas d’idée, Alexandre n’est pas là.
Chang : On est là.
Jacky : C’est gentil, je fais quoi ? Stanislas a raison. Je fais du karaoké, j’aurais dû rester à repeindre des fenêtres. Béatrice m’aurait pas quitté. Je vais la retrouver.
Titti : Quoi ? C’est tout ? On a quitté notre travail et tu nous abandonnes.
Moussa : On va se retrouver au chômage a trois a qui.
Chang : Tu nous avais promis.
Jacky : Je suis désolé.
Titti : Il a raison, Jacky, t’as jamais été un professionnel. Tu cuisines pour ton plaisir. Un professionnel le fait en pensant aus autres. Carreleur, je travaillais pour que les autres. Le marchent sur un sol droit.
Host : Téléphone pour vous, monsieur.
Jacky : C’est Alexandre ?
Host : Non, une dame.
Jacky : Merci. Allô ?
Béatrice : C’est moi.
Jacky : Mon bébé. Je suis content de t’entendre. Je m’en veux. Je t’ai menti, j’aurais pas dû. En plus, pour rien. Ici, tout est foutu.
Béatrice : Comment ça ? C’est foutu ?
Jacky : Les critiques sont là, y a rien dans le frigo.
Béatrice : Ça va très bien aller. T’es jamais aussi bon en cuisine en a dans le frigo.
Jacky : Là, y a vraiment rien dans les frigos. Non, j’arrête tout. Maintenant, j’en suis sûr. La cuisine, c’est pas pour moi.
Béatrice : Toujours des excuses. Pourquoi tu finis jamais rien ? Comment tu veux savoir ce que tu vaux ? Ce que tu me cuisines, c’est incroyable. Sinon, je t’aurais quitté.
Jacky : Mais evident, c’était bon parce que toi, je t’aime.
Béatrice : Fais comme si tu cuisinais pour moi. Pour ta fille aussi.
Jacky : Huh ! Ça y est ? J’ai une fille ? J’arrive tout suite.
Béatrice : Non, finis d’abord ce que tu as à faire.
Jacky : T’es sûre ?
Béatrice : T’inquiète pas. On t’attend.
Jacky : A tout de suite. Y a un supermarché, pas loin ?
Host : Non ; Just une épicerie au bout de la rue.
Jacky : Commencez la mise en place. Er, allumez les fours. Titi, fais bouillir de l’eau. Moussa, Chang, avec moi. (oui chef) Vous aussi. Vous là-bas, venez tous. Eh, les gars ! Je suis papa. Je suis papa !
Musique de suspense
Jacky : Bonjour, monsieur.
Shop Owner : Un peu de légumes ? De belles tomates ?
Jacky : Non, donnez-moi tout. Je vous prends tout. Les légumes, les fruits, les oignons, les artichauts, les ananas, les pâtes, le riz, les œufs, le fromage. Je prends toute la boutique.
Shop Owner : Le bon Dieu vous envoie ?
Jacky : Exactement.
Alexandre : Ne te laisse pas impressionner. Eh, prends ton jus de citron pour la voix.
Amandine : Oui, papa. Je passe ma soutenance, c’est pas toi.
Alexandre : Le chocolat et la brioche, ça va te booster.
Amandine : N’en fais pas trop.
Alexandre : J’en fais trop ?
Amandine : Tu vas devenir un père collant.
Alexandre : Pas du tout. Prends ton pull, il fait froid. Je me gare, j’arrive.
Jacky : On va utiliser ça pour les bouillons a française. Chang, épluche les carottes. (oui, chef) Moussa, émince les échalotes. (oui, chef) Titi, tu blanchis les légumes. (oui, chef) On a une heure et demie pour inventer la nouvelle carte. Une heure et demie. C’est impossible. Mais on va essayer, d’accord ? (oui, chef) !

Le Chef (2012) – Part 8

http://filmfra.com/commeunchef.htm

From 50:45 – 1:00:20

Host : Messieur et Madame Nobushi. Bonsoir.
Jacky : Konichiwa
Alexandre : Konichiwa
Host : Konichiwa
Jacky : Konichiwa
Host : C’est un honneur de recevoir l’attaché culturel.
Jacky, Host, Alexandre : Aligato
Host : Ce soir, on présente la nouvelle carte. Suivez-moi.
Voice : Le chef Cyril Boss vous souhaite la bienvenue.
Alexandre : C’est comme ça ? qu’ils veulent rendre le Cargo.
Jacky : Catastrophe.
Host : Votre table. Une excellente soirée.
Voice : Le chef Cyril Boss vous propose menu Symphonique.
Waiter : Champagne à l’azote. Messieur et madame.
Alexandre : Kampai
Jacky : Kampari
Alexandre : Qu’est-ce que c’est que ce truc ? ça a quel goût ?
Jacky : Du champagne au havane de Cuba.
Alexandre : Compression de volaille aux nouilles udon ?
Jacky : Mousse de radis phosphorescente.
Alexandre : Spaghetti de ris de veau.
Jacky : Calamar virtuel. (whew) Tu le manges, mais tu le manges pas.
Waiter : Bonsoir, messieurs dames.
Jacky : Konichiwa
Waiter : Je vais vous faire goûter un vin. L’esprit de pomerol.
Jacky : Pomerol.
Alexandre : Pomerol.
Waiter : Sans vin. (ah) Ni raisin, ni alcool.
Jacky : Ah, oh, Y a quoi dedans ?
Waiter : Ah, on ne peut pas vous dire.
Jacky : Mystère et boule de gomme. Mizuko aime bien dire des bêtises.
Waiter : Je laisse la pipette au frais.
Jacky : Du vin sans alcool, ça sert à rien. C’est boisé. On sent l’idée du pomerol.
Alexandre : Y a de la groseille.
Jacky : Du cuir. Je sens du cuir.
Voice : Fromage de brebis aux fruits de saison. Ventrèche de thon à la tomate. Poireaux caramélisés à la citronnelle.
Jacky : Qu’est-ce que c’est ?
Voice : Bœuf et veau dans un potager.
Waiter : La 1re bouchée se mange en reniflant ceci.
Jacky : Pas pratique.
Waiter : Vous devez la prendre.
Jacky : Pas pratique non plus.
Voice : Cyril Boss vous souhaite bon appétit.
Jacky : J’arrive pas à l’attraper.
Alexandre : C’est intéressant. Ah, aussi, c’est aigre. Et tous…
Jacky : Ris de veau. Un spaghetti au ris de veau. Faut reproduire ça.
Cyril : Bonsoir, Excellence.
Jacky : Konichiwa
Alexandre : Konichiwa
Cyril : Alors, si vous plaît ?
Alexandre : Ma femme beaucoup apprécier.
Jacky : Oh, oui beaucoup.
Cyril : Pardonnez-moi, Excellence, mais ce n’est pas lq 1re fois que vous venez par restaurant.
Alexandre : Première fois.
Cyril : J’ai impression de vous avoir dèjà vu.
Alexandre : Nien, première fois.
Jacky : Nous venir très loin, ah, Osaka, Kobé, Tokyo, Kyoto, Hokkaido.
Cyril : Je connais votre visage. Dans un restaurant gastronomique ?
Alexandre : Gastronomika.
Jacky : Oh, oui, nous aimer beaucoup grande cuisine.
Cyril : Où allez-vous ?
Jacky : Ducasse, Robuchon, Gagnaire, Alexandre Lagarde.
Cyril : Alexandre Lagarde ? No, no, il est tellement nul.
Alexandre : Vous tromper.
Jacky : Nous manger très bien à Cargo Lagarde.
Cyril : Arrêtez. Entre nous, Alexandre Lagarde fait encore des pot-au-feu. Excusez-moi, c’est le dernier des ringards. En plus, je vais vous faire une confidence, il a embauché comme second un chômeur qui bossait dans le chawarma à faire des kebabs. Un naze c’est serioux !
Jacky : Vous suffit ! Pas respect ! Au Japon, le restaurant de Messieur Lagarde ichiban
Alexandre : Grande offense.
Jacky : Numéro uhn. Cyril Boss… rien du tout.
Host : Excusez-moi, les critiques aimeraient vous voir.
Cyril : Arrive…je reviens. Ils veulent encore me faire des compliments.
Alexandre : On se casse, sinon je lui colle une patate.
Jacky : Dans sa gueule.
Alexandre : Allez
Jacky : Attende, on va emprunter des ingrédients pour les retravailler.
Musique Japonaise
Alexandre : Une bonne danse digestive. Ça s’est bien passé.
Jacky : J’ai plein de trucs.
Cyril : Vous partez ? Et votre éprouvette d’éclair aux fraises ?
Alexandre : Nous partir.
Jacky : Oui malade.
Cyril : On se verra bientôt au Cargo Lagarde. Ça va être moi, le prochain chef.
Alexandre : Si tu parles encore du Cargo Lagarde. Tu sais où je vais te mettre tes éprouvettes ?
Cyril : No
Jacky : Vaut mieux toi pas savoir. Ummm
Voice : Le chef Cyril Boss vous remercie de votre visite.
Alexandre : Envoyez les messieurs, les plats.
Jacky : Allez
Titi : Explosion de bœuf aromatisé au gingembre.
Alexandre : Pourquoi vous criez comme ça?
Titi : C’est de restaurant plus classe.
Jacky : On ne hurle pas comme ça dans les trois étoiles.
Titi : Qu’est-ce que j’en sais ?
Jacky : Allez
Chang : Tartine d’os à moelle vitrifié à l’encre de séche.
Jacky : Chang, chang, on ne hurle pas.
Chang : C’est Titi qui m’a dit.
Jacky : Il a dit que c’était pas comme ça.
Moussa : Je gueule pas non plus ?
Jacky : Non.
Il murmure le nom de plat
Alexandre : du quoi ?
Moussa : Ecume de tomates aux concombres.
Alexandre : Merci
Moussa : Je l’ai dit doucement.
Jacky : Alors, chef ?
Alexandre : C’est pas mal.
Jacky : Pas mal ? Oui !
Daughter : Je me léve à six heures.
Alexandre : Ah, c’est pour la carte du Printemps j’ai les critiques demain.
Daughter : Demain. Tu viens pas ?
Alexandre : Où ça ? Eh, ho, un peu de tenue, messieurs. Envoyez la suite.
Dad : Merci.
Mom : Jacky a raison. Sa méthode est meillure que celle de la Alexandre Lagarde. Ces fruits sont bien répartis.
Dad : Faut arrêter de lui faire de la peine. Il cuisine si bien.
Béatrice : Il a fait duex cent kilometres pour faire sa demande en mariage.3
Mom : Regarde-moi l’élégance de ce cake.
Dad : Huh…
Béatrice : J’ai été trop dure?
Dad : Ecoute. Quoi ?
Béatrice : Agonique. Il faut qu’on m’emmène à la clinique.
Mom : Oui ma chérie.
Dad : Je prends une tranche de cake pour la route. Même deux. J’arrive.
Son portable vibre
Alexandre : Immodene. Faites pas de bruit, ma fille dort.
Chefs : Oui chef.
Alexandre : Attention de pas rayer les murs. (si, chef)
Jacky : Laissez, je vais le porter.
Alexandre : Non, je vais vous aider.
Jacky : Okay, c’est la derniére. Allez-y, je monte dans le camion.
Alexandre : Filez, soyez pas en retard.
Jacky : Vous venez pas ?
Alexandre : C’est vous qui aviez raison. Sans amour, on est rien du tout.
Jacky : Huh, Alexandre ! Comment je vais faire ?

Le Chef (2012) – Part 7

http://filmfra.com/commeunchef.htm

From 43:50 – 50:45

Jacky : Je sais.
Alexandre : Non, pas Béatrice. Carole. Enfin, toutes les deux sont belles. Mais Carole…vous avez de la crème, là.
Jacky : Il manque de praliné.
Alexandre : Voilà, vous êtes chez vous.
Jacky : C’est la Toque d’Or, votre 1er trophée. Et ça, c’est le…
Alexandre : Bonne nuit. A demain.
Jacky : A demain. Allô, bébé. C’est encore moi. Il faudrait que je laisse de la distance, mais j’y arrive pas. Voilà, bon…tu me rappelles.
On frappe à la porte.
Daughter : Ouais ?
Alexandre : Tu travailles encore ?
Daughter : Faut que je sois prête.
Alexandre : Cette fois, je vais perdre ma troiseme étoile.
Daughter : Une de plus, une de moins. Tu vas venir à ma soutenance.
Alexandre : Je suis inquiet pour mon étoile, tu me parles de roman russe que personne ne lit.
Daughter : Va dire au reste de la planéte que tu feras plus tes œufs à la truffe. Ils vont pleurer tous jour.
Alexandre : T’es égoiste.
Daughter : J’étais à bonne école.
Alexandre : J’ai pas souvent été là. J’offrais de bonheur aux gens.
Daughter : Ouais, aux autres. T’en as pas marre de parler que de ça ?
Alexandre : Je te laisse travailler.
Alexandre : En dehors du travail à la residence, je n’ai pas compris leur qualification.
Jacky : Ah, Chang était manquilleur au Crazy Horse. Moussa, camionneur. Et Titi était carreleur.
Alexandre : Que voulez-vous que je fasse d’eux ?
Jacky : On a besoin d’une équipe, ici. On a besoin de cobayes pour goûter nos 1ers essais. Vous avez la carte vitale ?
Group : Ouais.
On sonne :
Jacky : C’est lui. Je vais ouvrir. Alexandre, je vous présente Juan Castella, spécialiste mondial… On peut dire mondial ?
Juan : Si, on peut dire.
Jacky : Spécialiste de la cuisine moléculaire.
Juan : Bonjour, Senor Alejandro Lagarde, je suis très honoré.
Alexandre : Moi, aussi.
Jacky : Il a tout appris aux cuisiniers espagnols.
Juan : D’abord. Je vais goûter votre cousine.
Alexandre : Ma cousine ?
Juan : Qu’est-ce que c’est ?
Alexandre : Bœuf aux algues, un mélange terre-mer.
Juan : J’ai vu le probléme, senor Lagarde. Au travaille. Plumez-moi ça.
Jacky : Vous les avez eus chez qui ?
Juan : Canards sauvages. Au bois de Vincennes.
Jacky : Le bois de Vincennes.
Juan : Oui, faut les plumer. Maintenant.
Jacky : J’en mets encore ?
Juan : Mas, mas. Mucho mas.
Juan lui parle en espagnol.
Juan : Je suis content. Regardez.
Alexandre : Ils sont où, les canards?
Juan : J’ai procédé à atomisation du canard et j’ai restitué goût dans les petits cubes.
Alexandre : Vous voulez que je serve ça ?
Jacky : Il n’a pas terminé. Il va encore travailler sur…
Juan : Partie artistique. (Voilà) La couleur.
Jacky : Les sauces, le croustillant. Moussa, Titi, Chang !
Chef : Venez voir.
Jacky : Est-ce que vous pouvez me goûter ça ?
Juan : Magret de canard aux coings.
Moussa : Où ça ? (Là)
Chang : Dans les Apéricubes ?
Jacky : Dans les Apéricubes ? Canard aux coings.
Moussa : Des coins, des coin-coin ?
Chang : Vous avez mis les cris du canard dans un Apéricube ?
Titi : Comment vous avez fait ?
Alexandre : Il faut goûter maintenant.
Jacky : C’est normal ?
Juan : Je note. Trop fumée d’azote. Réduire de cinze grammes par litre.
Chang : On arrête de mârcher ?
Juan : Pas tout de suite. Continuez. Continuez.
Alexandre : Alors…
Moussa : C’est un canard en poudre qui reprend sa taille dans le ventre.
Titi : ça a un goût de poisson.
Alexandre : Vous avez fait du poisson avec du canard.
Juan : Sans doute un problème avec le condensateur. Je retourne voir. Goûtez, senor Lagarde. C’est le vrai goût du canard.
Alexandre : Pas du tout. Ça a le goût de la framboise.
Juan : Continuez. Continuez à manger.
Alexandre : Qu’est-ce que c’est ?
Juan : Ne vous inquiétez pas Senor Lagarde. Réaction chimique normale.
Alexandre : Comment ça, c’est normal ? On arrête les conneries.
Juan : Je continue pas la cuisine magique ?
Alexandre : Non, vous ne continuez pas la cuisine magique.
Juan : Vous, très susceptible. Moi partir ! Me voy.
Il se met en colére et parle en espagnol.
Alexandre : C’est ça. Au revoir. J’en ai marre. Les canards, les cubes, ça suffit. Vingt ans que je subis la pression pour plaire à trois critiques, j’arrête tout.
Jacky : Ah, non, vous m’aviez promis un contrat de travail.
Alexandre : On a deux jours pour inventer une cuisine qu’on ne connaît pas. Ce n’est pas possible.
Jacky : Et Cyril Boss ? Il y arrive bien, lui. Comment fait-il ? Allons manger dans son restaurant. Comme ça on regarde, on goûte, on comprend, on analyse et on réinvente.
Alexandre : Tout le monde me connaît. Je l’appelle. C’est Lagarde. Une table pour deux. Pour dîner ? Non, pour espionner. N’importe quoi.
Jacky : Y a pas de solution ?
Alexandre : J’en vois pas.
Jacky : Chef.
Alexandre : Quoi ?
Jacky : Chang, il a été maquilleur.
Alexandre : Et alors.

Le Chef (2012) – Part 6

http://filmfra.com/commeunchef.htm

From 34:20 – 43:50

Béatrice : Bonjour. Je cherche Jacky.
Dude : Jacky, Il travaille plus là, ton Jacky.
Béatrice : Ah, bon.
Dude : Allez voir dans les cuisines.
Béatrice : Dans les cuisines ?
Jacky : Alors, tu fais mariner le soja avec les quartiers de citron.
Béatrice : Bonjour. On m’a dit que je pourrais trouver Jacky ici.
Chef : Ah, Il travaille plus ici. C’est pour quoi ?
Béatrice : Il est où ?
Chef : Vous le dites pas à sa femme. Il est sur l’écran. Qui j’announce ?
Béatrice : Sa femme.
Chef : Sa femme arrive ? Faut qu’on fasse gaffe alors.
Béatrice : Je suis sa femme.
Chef : Ah, c’est la merde.
Jacky : Vous lui avez dit quoi à Béatrice ?
Chef : Que t’es allé aux putes. (Jacky, Jacky)
Chef : J’ai dit que tu achetais du plâtre et que tu revenais.
Jacky : Vous êtes cons ? Je fais comment pour revenir ? Faut que je la rappelle, que je trouve une excuse.
Chef : Jacky, c’est chaud. Jacky…
Jacky : Duex secondes
Le portable de sa femme sonne
Jacky : Ma femme a la même sonnerie.
Béatrice : Allô, bébé.
Jacky : ça va ? (Oui, oui). Pas la peine de repasser à la résidence tout de suite, parce que, oh….je suis coincé dans les embouteillages.
Béatrice : A vous, Où ça ?
Jacky : Pas loin. Puis a Nation.
Béatrice : Je suis aussi à Nation. T’es où exactemente ?
Jacky : Je suis à gauche, coincé derrière des camions. Attends deux secondes. Avance ! Y a pas que toi qui travailles. Laisse-moi passer. Excusez-moi. C’est un peu dégagé. Ah, j’arrive boulevard Voltaire. J’entends de l’écho. Ah ! Pourquoi je te vois là ? T’es où ?
Chef : Jacky, ta femme est là. (ha)
Béatrice : Pourquoi t’as fait ça ?
Jacky : Fait quoi ? J’ai rien fait.
Béatrice : Continue à me prendre pour une imbécile. J’en ai assez. C’est fini.
Jacky : Béatrice, attends. Ecoute-moi. Chang, fais quelque chose.
Chang : Il a pas été aux putes.
Jacky : Pas ça ! Bébé, écoute-moi. Tu vas pas partir comme ça, bébé !
Chang : T’es dans la merde, Jacky.
Matter : C’est un champion, ton gars. Avec lui, ça va être les étoiles filantes. Elles s’en vont. Elles restent pas. Elles sont filantes. Au revoir, les étoiles.
Jacky : Messagerie, encore. Elle est pas à la maison.
Alexandre : Arretez de l’appeler, ça la fera pas revenir.
Jacky : C’est pas ça, je lui ai menti. Elle va jamais me pardonner. Je la connais.
Alexandre : Elles sont toutes pareilles. Elles veulent se marier avec un grand homme et au moindre écart…elles sont parties.
Jacky : Vous savez….elle m’a parlé de mariage et je lui répondais : C’est pas le moment.
Alexandre : Alor ? Comment vous le trouvez ? (eee) Il est ventilé.
Jacky : Violà.
Alexandre : Vous avez déjà goûté de cheval blanc ?
Jacky : Ah non.
Alexandre : Cheval blanc 61, un merville. Ay, Il connaît pas tout Messieur Vinaigre de Sureau. Goûtez ça. Regardez la robe. Sentez-moi ce nez. Ça me fait pleurer, le cheval blanc.
Jacky : Moi aussi. Ça me met les larmes aux yeux.
Alexandre : Dans quatre jours, j’ai les critiques au Cargo. Je suis cuit.
Jacky : Pourquoi vous dites ça ? Vous allez faire un triomphe.
Alexandre : Non. Ce sont des adeptes de la cuisine moléculaire.
Jacky : La cuisine moléculaire ?
Alexandre : Adieu, la troiséme étoile. Vous avez déjà goûté du pétrus ?
Jacky : Non plus. (un….) On finit pas le cheval blanc ?
Alexandre : Tout à l’heure.
Jacky : Je sais. Je connais quelqu’un. Un spécialiste espagnol de la cuisine miocailulaire. C’est notre homme. Comme ça.
Alexandre : Jacky, Il est connu ?
Jacky : On m’a dit que c’était un génie. (ah) Je l’appelle. Juan Castella. J’ai encore son numéro. Messagerie. Hola, Juan. C’est Jacky Bonnot. Je travaille avec Messieur Lagarde, et je quoi, nous aurions besoin de tes talents. Rappelle-moi. As vita as possiblo. Muchas gracias.
Alexandre : Jacky, je vous remercie de ce que vous faites pour moi.
Jacky : C’est un honneur.
Alexandre : Si jamais je garde les trois étoiles, je vous embauche comme second. (c’est oui ?) Je préfèrais…
Jacky : Bras droit.
Alexandre : Bras droit
Jacky : Premier assistant, ça a de la gueule.
Alexandre : D’accord. Premier assistant.
Jacky : Chef adjoint, c’est pas mieux ? ça sonne…
Alexandre : Vous me serrez la main ?
Jacky : Ooh, pardon.
Alexandre : On va fêter ça avec un armagnac.
Jacky : Bien sûr. Elle est à Nevers. Je vais aller la demander en mariage. Béatrice, elle est partie chez ses parents à Nevers. Je vous abandonne. (muy bien) Je peux pas vivre sans elle.
Alexandre : Je comprends. Je vous dépose.
Jacky : Donc, vous lui dites que vous me signez un contrat de travail.
Alexandre : Laissez-moi faire. Je lui parle. Cinq minutes après, elle est dans mes bras. (huh) Je rigole. Je prépare le terrain. C’est vraiment chouette, Nevers.
Jacky : C’est là. Faut tourner là. S’ils sont pas chez eux, c’est qu’ils sont là. Allez, zou. Venez. C’est elle.
Alexandre : Elle est belle !
Jacky : Ben oui. C’est par là. Viens ! (quoi) J’ai pas de bague.
Alexandre : On peut pas y aller les mains vides.
Jacky : Qu’est-ce que je vais faire ? Je vais lui préparer un truc. Elle va me pardonner. J’enlève ça. Ensuite…alors…
Maîtresse : Jacky, que fais-tu là ?
Alexandre : Carole, bonsoir. Excusez-moi, c’est une surprise pour Béatrice. Tu dis rien.
Maîtresse : T’es ici chez toi.
Jacky : Je te présente Alexandre Lagarde. Alexandre, Carole, la maîtresse des lieux.
Maîtresse : Messieur Lagarde, c’est un honneur.
Alexandre : Tout l’honneur est pour moi.
Maîtresse : Quelle coincidence mon chef me quitte à la fin du mois.
Alexandre : Si vous voulez, je vous propose de faire un essai.
Maîtresse : Vous êtes trop cher pour moi.
Jacky : Eh, eh…on n’est pas venus pour Béatrice ? Non.
Alexandre : Oui, Béatrice…oui….Pardon, excusez-moi, je me présente, je suis…
Mom : Vous êtes Alexandre Lagarde.
Alexandre : Exactement. Eh, bonsoir madame. Ecoutez, Béatrice, err, tout est de ma faute, je suis responsable de cette situation…
Béatrice : Messieur Lagarde, merci d’être venu. Vous n’y êtes pour rien. Dites-lui que je veux plus le voir.
Alexandre : Il a quelque chose d’importante à vous dire.
Béatrice : Je veux pas l’entrendre.
Alexandre : Si tout se passe bien, je l’engage au Cargo Lagarde.
Mom : Béatrice, Messieur Lagarde, Il veut engager Jacky.
Béatrice : Le père de mon enfant est un menteur. Il est irresponsable. (c’est vrai) Oui, oui, Il est invivable.
Alexandre : Je l’ai même renvoyé.
Jacky : Vous étiez pas censé me défendre vous ?
Dad : Jacky ! Que fais-tu là ?
Jacky : Bonsoir, Armand. Bonsoir, Mathilde. Mon amour, je suis désolé. Regarde ce que je t’ai fait. Un millefeuille au caramel avec des framboises macérées, des petites pistaches.
Béatrice : Non, Jacky, j’en veux pas du gateau.
Jacky : Si ! Regarde ! J’ai fait un cœur en sucre vanillé. Tu sais pourquoi ? Je t’aime.
Béatrice : Arrête avec ton sucre vanille. Ça n’est pas !
Jacky : Béatrice, je profite de la présence de tes parents pour te demander solennellement : est-ce que tu veux m’épouser ?
Béatrice : Non, Jacky. Pas comme ça. Pas me non.
Jacky : Pourquoi ?
Béatrice : Jacky, tu m’as menti.
Jacky : Je t’ai menti, c’est pas si grave. Je t’avais jamais menti avant. Si, une fois. Ça comptait pas. On n’était pas vraiment ensemble.
Armande : Béatrice !
Jacky : C’est pas trop le moment de te demander ça.
Alexandre : Jacky, on va y aller.
Jacky : Oui, on va y aller.
Alexandre : Bonsoir madame, bonsoir Armande.
Mom : Oh, Messieur Lagarde, je sais que c’est pas le moment, mais…comment faire pour que les fruits confits ne tombent pas dans la pâte ?
Alexandre : Il faut les mettre dans la pâte et battre doucement.
Mom : Oh, merci Messieur Lagarde.
Jacky : Sinon, y a une autre école. Ça suffit, mettez la pâte au frigo et le lendemain, mettez les fruits confits. Simplemente.
Maîtresse : Alexandre ; ça a marché ?
Jacky : Bonsoir Carole.
Alexandre : Tout va bien. Elle l’aime. C’est Carole, votre prénom ?
Maîtresse : Oui, c’est ça ?
Alexandre : Moi c’est Alexandre.
Maîtresse : Je sais. Je compte sur vous pour l’essai.
Alexandre : Bien sûr. A bientôt.
Maîtresse : A bientôt.

Le Chef – Word List of First 4 Parts

After the fourth part, I stopped and manipulated the dialogue in Excel so that I had many of the phrases, and then attempted to translated them. This is not A2 or even B2 dialogue, so it is very challenging, but there are many conversational phrases worth noting. As always, I gave translation my best effort. If you have a better translation, please comment.

French English
A la vérité, je cherche un second. In truth, I am looking for a second.
A ma soutenance de thès. In my defense of teas.
A toute à l’heure. Until later.
Ah oui ? Cette recette, c’est l’équivalent du David de Michel-Ange. Really? This recipe is the equivalent of David by Michelangelo.
Ah, j’étais sûre qu’il y avait quelque chose. Ah, I was sure there was something.
Ah, je vous présente…(Brian) Right, Brian, nous allons préparer le navarin de veau aux petits légumes. Ah, I present … (Brian) Right, Brian, we will prepare veal stew with small vegetables.
Ah, tu te rapproches des cuisines. Ah, you’re closely spaced kitchens.
Alexandre, le directeur de la résidence. Alexander, the director of the residence.
Alors, concassé de prince des mers à la mousse de citron et radeau de petits légumes aux boutons de sauce arc-en-ciel. So, crushed prince of the seas with lemon mousse and a raft of vegetables in a sky of sauce buttons.
Alors, prenons…du thym. So … take thyme.
Alors…c’est de turbot rôti, avec un coulis d’épinard, une sauce tomate-olive. So … it’s roast turbot with spinach sauce, a tomato-olive sauce.
Alors…je pense à un concassé de prince des mers à la mousse de citron. So … I think of a sea prince crushed with lemon mousse.
Après, il perd toute sa saveur. Il devient….ouvrez la fenêtre. After it loses its flavor. It becomes … open the window.
Arrête de faire la tête. Stop taking the lead?
Arrêtez ça ! Alexandre ! Arrêtez ! Messieur Matter nous a autorisés. Stop that! Alexander! Stop! Messieur Matter authorized us.
Attendez le coup de feu. Beaucoup rendent leur tablier. Wait for the shot. Many make their aprons.
Au cœur de l’hiver, quand vous êtes seul… At the heart of winter, when you are alone …
Aujourd’hui, je vais vous parler d’une de mes entrées favorites. Today I will tell you about one of my favorite entries.
Aujourd’hui…Je vous propose une mousse de courges butternut aux dominos en gelée châtaignes avec des ravioles de tomates posées sur une fuille de chêne. Today … I propose a butternut squash foam of dominos in chestnut jelly with tomato raviolis resting on an oak sheet.
Aux radis daikon avec du beurre salé. With daikon radish with salted butter.
Avec une fourchette, vous piquez… With a fork, you prick …
Bébé, ça va ? Baby, how are you?
Bien sûr. Où ça ? Of course. Where?
Bientôt. Bientôt, tu verras. Soon. Soon, you’ll see.
Bienvenue dans mon émission, Les recettes du marché d’Alexandre. Welcome to my show, the recipes of the market of Alexander.
Bocuse, je m’en tape. C’est une brasserie de quartier ici. Because, I give a damn. It is a neighborhood brewery here.
Bonjour Chef. Bonjour Chef. Hello Chef. Hello Chef.
Bonjour, Messieurs. Good morning, gentlemen.
Bonjour. Vous aimez mes petits oignons confits, madame. Hello. You like my little onion confit, ma’am.
Bonjour. Vous avez commandé un faugères ? Hello. You ordered a faugères?
Bonne journée. Je crois même que je vais me plaire. Good day. I even believe I’ll please myself.
C’est bien, Jacky. Bonne semaine au Cargo. That’s good, Jacky. Good week at Cargo.
C’est ce qu’on va voir. This is what we will see.
C’est ce que je dis. En retard ! That’s what I say. Late!
C’est comment ? How is it?
C’est complet, chef. (Bonjour Chef) It’s complete, chief. (Hello Leader)
C’est de ma faute. Fais attention à mes piccatas. On relance une piccata. That’s my fault. Pay attention to my piccatas. We raise a piccata.
C’est délicieux. It’s delicious.
C’est des fluers. This is of fluers.
C’est dingue. Je retrouve tout. L’équilibre des légumes, l’harmonie des épices. Qu’il a fait ça ? It’s crazy. I find everything. The balance of vegetables, spices harmony. He did it?
C’est exacte. This is correct.
C’est fantastique, chef. It’s fantastic, Chief.
C’est Jacky Bonnot. B-O-duex N-O-T. This is Jacky Bonnot. B-O-two N-O-T.
C’est moi. Je vois les choses trop en grand. Les gens s’en foutent de la qualité. That’s me. I see things too big. People do not care about quality.
C’est pas à toi de la faire. Check le poulet, SVP. It is not yours to make. Check the chicken, please.
C’est pas de la blanquette ? It’s not the stew?
C’est pas forcément notre but. It is not necessarily our goal.
C’est pas rémunéré. This is unpaid.
C’est qui, ce pédé ? Who’s that fagot?
C’est quoi ? Incroyable. What is it? Unbelievable.
C’est quoi, le sujet déjà? What is the subject already?
C’est servi avec des frites ? It’s served with chips?
C’est tout réfléchi. This is reflected.
C’est très bon, chef. It’s very good, sir.
C’est un stage. This is an internship.
C’est vous qui avez fait ma recette de rouget de 1996 ? It was you who made my mullet recipe 1996?
Ça a commencé ? It started?
Ça c’est du bœuf grillé, puis confit. Du vintage beef select, excellent choix, avec des courgettes et des pommes de terre, grillées. Now that’s grilled beef and confit. Vintage beef, excellent choice, with zucchini and potatoes, grilled.
Ça c’est quoi ? Ris de veau, St-Jacques, vanille. That’s what? Sweetbreads, St-Jacques, vanilla.
Ça devrait leur plaire. That should please them.
Ça fait du bien de quitter les fourneaux. Tout va bien ? It’s good to leave the kitchen. All is well?
Ça passe trois couverts, on aura trois menus. It covered three passes, we will have three menus.
Ça se refuse pas, le Cargo Lagarde ! Vous êtes con ? He refuses not, the Cargo Lagarde! You are a con?
Ça sera fait. It will be done.
Ça va passer vite. It will pass quickly.
Ça va, ça va, Okay, okay,
Ça vient, chef. It’s coming, Chief.
Ça vous dirait de faire un essai au Cargo Lagarde ? How would you like to try out the Cargo Lagarde?
Ça, c’est poubelle. That’s garbage.
Chef, Messeiur Matter vient de nous envoyer un menu. Il veut que vous le serviez. Chief, Messeiur Matter just sent us a menu. He wants you to serve him.
Ciselez cette ciboulette. Chop the chives.
Combien du temps ? How much time?
Comme ça. Like this.
Comme je vous ai appris au cours de ces années. As I taught you over the years.
Comment ça s’est passé ? No, Jacky. C’est le 4e restaurant qui te vire. How did it go? No, Jacky. This is the fourth restaurant that fires you.
Comment vous le préparez ? How you prepare?
Comment vous préparez le cabillaud ? How are you preparing cod?
Demain, huit heure au Cargo. Tomorrow, 8 am at Cargo.
Demain, il dirigera le service. Tomorrow he will lead the service.
Des entrecôtes effervescentes et des glaçons de poulet de Bresse. Génial ! The effervescent steaks and Bresse chicken cubes. Awesome!
Des Lady Christel, belle texture. Peu des petites aubergines grillées. Un peu trop. Beaucoup trop. Lady Christel, nice texture. Few small grilled eggplant. A little too much. Too much.
Des poireaux avec du miel ? Leeks with honey?
Désolé, ça va pas être possible. Sorry, it will not be possible.
Désolé, les gars. Vous savez quoi ? Sorry, guys. You know what?
Direct dans cinq minutes Live in five minutes
Direct dans deux minutes Live in two minutes
Direct dans dix secondes. Live in ten seconds.
Direct dans un minute. Live in a minute.
Eh, si mes beaux-parents regardent ? Ah, non. Ah, non. Hey, if my in-laws look? Oh, no. Oh, no.
Elle est parfaite. It is perfect.
Elle travaille. Elle regarde pas la télévision. She works. She does not watch television.
En bouillon dans de l’eau salée. Broth in brine.
En effet, tout petit déjà, vos recettes étaient comme les perles d’un collier… Indeed, already small, recipes were like pearls on a string …
Essayez de pas vous faire virer dans la journée. Try not to get yourself fired today.
Et alors ? T’as failli taper un mec qui a mis de la moutarde sur sa sole. So what? You’ve almost hit a guy who put mustard on his sole.
Et moi. Je mange comment ? What about me. How do I eat?
Et qui les écoute. C’est important. And listen. This is important.
Et vous libérer quinze jours ? And free you 15 days?
Exactement. Exactly.
Excusez-moi, je peux vous parler un minute? Excuse me, Can I talk to you a minute?
Excusez-moi, mais je pars aussi. Excuse me, but I’m leaving too.
Faites marcher deux amuse-bouches, un demi-homard, une sole, un turbot. Make to go, two appetizers, half a lobster, a sole, turbot.
Faut me repeindre toutes les fenêtres. Y en a 524 en tout. Ensuite…Les portes…188. Must be repainted all the windows. There are 524 in all. Then … The doors … 188.
Faut que je te dise…J’ai quitté la résidence, je suis à l’essai chez Alexandre Lagarde depuis trois jours. I have to tell you … I left home, I’m being tested in Alexandre Lagarde for three days.
Faut que te arrêtes de travailler. You must stop working.
Faut que tu viennes manger chez moi. You have to come eat with me.
Ferme ta gueule. Bon appétit. Shut your mouth. Bon Appetite.
Goûtez d’abord. Taste first.
Ha, n’importe quoi. Elles sont super loin les cuisines. Ha, no matter what. They are super far kitchens.
Ici, j’ai un CDD de six mois. J’ai promis à ma femme qui attend un bébé. Here I have a fixed term contract of six months. I promised my wife who is expecting a baby.
Il a deux étoiles à Londres et à Paris. He has two stars in London and Paris.
Il a raison, elles sont trop grillées, ces aubergines. Qui a fait ça ? He’s right, they are too toasted, the eggplant. Who did this?
Il commence à me courir. Suivez-moi. He begins to run at me. Follow me.
Il est à nous, ton nom. On te l’a acheté. Tu nous coûtes trop cher. Tu rapportes pas assez. It is up to us, your name. We bought you this. You cost us too much. You do not report enough.
Il est bizarre. It’s weird.
Il faut dire que Jacky…(Brian) Brian est la mémoir vivante de la gastronomie française. Admittedly, Jacky … (Brian) Brian is living memoir of French gastronomy.
Il met jamais d’oignons. S’il en met, c’est qu’il est pas sûr de lui. Il doit avoir un problème de travail. He never puts onions. If he puts it, it is that he is not sure of himself. He must have a labor problem.
Il trouve que je peins vite. Je dois repeindre le réfectoire. He found that I paint fast. I have to repaint the dining hall.
Il va perdre tout son goût. It will lose its flavor.
Il veut être connu…incognito. He wants to be known as…incognito.
Il veut que je mette des saloperies chimiques. He wants me to put chemical crap.
Il veut quoi ? He wants what?
Ils comprennent rien à ce que je fais. Rien. They understand nothing of what I do. Nothing.
Ils détestent le changement. Ça les rend méchants. They hate change. It makes them wicked.
Ils s’engueulent pour de vrai ? They yell for real?
Ils sont à dévorer, Messieur Lagarde. They devour, Messieur Lagarde.
Incroyable. C’est le mot. Unbelievable. That’s the word.
J’ai des mousses de radis phosphorescentes. I have phosphorescent mousse of radishes.
J’ai encore rien décidé a moi. I have still not decided anything myself.
J’ai l’honneur de vous présenter mon nouvel assistant. I have the honor to present my new assistant.
J’ai pas le temps. I have no time.
J’ai toujours pas mes piccatas. I still do not have my piccatas.
J’ai un problème avec ton fils. I have a problem with your son.
J’ai vraiment besoin d’un second cuisina. I really need a second cook.
J’aime pas ça. I do not like that.
J’aime pas le cabillaud comme ça. I do not like cod like that.
J’aurais mis deux grains de sel en plus. I would put two grains more of salt.
J’avais envie de venire te chercher. I wanted to come look for you.
J’avais oublié le pinceau. I forgot the brush.
J’en sais rien. Un mois, deux mois… I know. One month, two months …
J’espère que vous me pardonnerez, Chef. I hope you will forgive me, Chef.
Jacky, c’est l’homme qui murmure à l’oreille des légumes. Jacky, he is the man who whispers to vegetables.
Jacky, t’es venu acheter ta tenue de chef ? Jacky, you came to buy your chef outfit?
Je coupe les poireaux en petits dés. I cut the leeks into small bits.
Je fais le service, c’était pas prévu. Tu m’en veux pas ? I made the service, it was not planned. You do not want me?
Je fais pas la tête. I am not the head.
Je faisais un petit raccord. I was a little connection.
Je l’ai regardée, chef. I looked at her, Chef.
Je le prends. Tu vas le porter, je suis un peu enceinte. I’ll take it. You’re going to wear it, I’m a little pregnant.
Je m’en fous. C’est clair ? I do not care. Is that clear?
Je m’en souviendrai. I’ll remember.
Je me bande les yeux ? I blindfold my eyes?
Je me disais…d’accord. I was like … okay.
Je me sens tellement bien. Regarde. Le bébé aussi, il est apaisé. Ça c’est grâce au nouveau Jacky. I feel so good. Look. The baby also is merciful. That’s thanks to the new Jacky.
Je ne plaisante pas avec cette recette, donc, au revoir, la ciboulette. I do not mess with the recipe, so, goodbye, chives.
Je pars diriger le Miroir de Paris à New York. I’m going to direct the Mirror from Paris to New York.
Je peux pas dire non au Miroir de Paris, Chef. I cannot say no to the Mirror of Paris, Chef.
Je prends la direction du Coq de France à Dubai. Je suis désolé. I am taking the director position of the Rooster of France in Dubai. I’m sorry.
Je sais pas. Je m’en fous. Ta combinaison. Le matériel est là. On y va. I do not know. I do not care. Your combination. The material is there. Shall we.
Je sais que t’es venue me parler. I know you’re coming to talk to me.
Je suis content de savoir que tu comptes sur moi. I’m glad to know that you count on me.
Je suis embauché chef ? I am hired Chef?
Je suis emmerdé, Paul. J’ai plus d’idées. I’m pissed, Paul. I have more ideas.
Je suis invirable, Stanislas. Relis mon contrat. I am ???, Stanislas. Reread my contract.
Je suis venue te parler. I came to talk to you.
Je tenais à vous dire, chef, que je suis conscient de la chance vous m’offrez. I wanted to tell you, Chef, that I am aware of the opportunity you offer me.
Je vais confier le Cargo Lagarde à Cyril. I’ll leave the Cargo Lagarde to Cyril.
Je vais faire en sorte de trouver un boulot. N’importe lequel. Que tu sois tranquille. I will make sure to find a job. Any. Whether you’re alone.
Je vais me faire un navarin ce soir. I’m am going to make myself a stew tonight.
Je vais mettre des saloperies dans mes plats ? I am putting crap in my dishes?
Je vais te les chercher. I’m going to get you.
Je veux goûter. Meilleur sans ciboulette ni thym. I want to taste. Best without chives or thyme.
Je veux pas le truc jaune dessus. I do not want the yellow stuff on it.
Je veux que de la purée ! I want mashed potatoes!
Je veux un hareng avec des frites. I want a herring with fries.
Je vois pas pourquoi elle comprendrait pas que je quitte un boulot payé pour un stage gratuit. I see why she does not understand that I am leaving a paid job for free placement.
Je vois. Goûte ça. I see. Taste this.
Je voulais vous dire, je quitte le Cargo Lagarde. I wanted to say, I left the Cargo Lagarde.
Je vous attends en cuisine. I wait for you in the kitchen.
Je vous prends de la sauge. I take you the sage.
Just un poireau. Just a leek.
L’influence du roman fantastique russe chez les écrivains français du XIXe. The influence of the Russian fantasy novel in French writers of the nineteenth.
La blanquette pour la onze. Steak tartare. Stew for eleven. Steak tartare.
La partie blanche. The white part.
La prochaine fois, servez-leur de la purée d’aspirine avec du jus de Lexomil. Next time, serve them a puree of aspirin mashed with the juice of Valium.
La sole meuniére pour la deux..une entrecôte, une portion de frites. La Sole Meuniere for deux..une steak, a serving of fries.
Le 1er qui se présente. Et je me ferai pas virer. The first that comes along. And I will not get fired.
Le cabillaud ! Comment vous le préparez ? Cod! How do you prepare it?
Le Cargo Lagarde porte mon nom. The Cargo Lagarde carried my name.
Le cuisiniers sont conspué….. The cooks are booed … ..
Le Mozart de quoi? Mozart’s what?
Le piano de cuisine…Je connais par coeur les recettes des grandes chefs. Je suis sans limites. The piano of the kitchen… I know by heart the recipes of the great chefs. I am limitless.
Le poulet, ils croient que c’est du poisson. Chicken, they believe it is fish.
Les langoustines, on en est où ? Lobsters, one is where?
Ma blanquette ! My stew!
Ma mère vous adore. Vous voulez me signer ça ? My mother loves you. You want to sign me?
Mais pas maintenant. But not now.
Merci, je n’ai plus besoin de vous. Thank you, I do not need you.
Merci. Wha…cette veste et moi, on va aller loin. Thank you. Wha … this jacket and I are going to go far.
Mes chimistes disent que c’est sans danger. Beaucoup de chefs travaillent avec l’industrie. Réfléchis. My Chemists say it is safe. Many chefs work with the industry. Think about it.
Mesdames, Messieurs, un peu d’attention. Violà. Goûtez ça et dites-moi ce qu’il y a dedans. Ladies and gentlemen, a little attention. Here it is. Try it and tell me what there is in it.
Messeiur Lagarde, j’adore votre poulet au citron. Mais vous devriez mettre plus de citron. Messeiur Lagarde, I love your lemon chicken. But you should put more lemon.
Messeiur Matter dit que vous avez l’obligation de lui montrer le menu. Messeiur Matter says you have the obligation to show the menu.
Messeiur… Messeiur …
Mon rouget aux potimarrons que je faisais en 1996. My mullet with pumpkins that I was doing in 1996.
Monsieur Lagarde, attendez ! J’accepte votre proposition. Mr. Lagarde, wait! I accept your proposal.
N’importe lequel travaille ? It is not important which work?
No, il est huit heure deux. No, it is eight hours both.
No, l’entretien est terminé. Quoi ? C’est comme ça, c’est l’époque. On n’y peut rien. No, the maintenance is complete. What? That’s how it is then. Nothing can be done.
No, no, no…ils voulaient leurs côtelletes à point. No, no, no … they wanted their côtelletes medium rare.
No, no, occupe-toi de la langouste pour la quatre, je prends la piccata. No, no, take care of crawfish for four, I take the piccata.
Non, ça va pas. Je ne ressens aucune émotion. Redonne-moi la vanille. No, that’s wrong. I feel no emotion. Give me the vanilla.
Non, chef. J’aurais entendu l’aubergine crier. No, chef. I would have heard eggplant scream.
Non, elle comprendra pas. No, she not understand.
Non, pas de thym. Ne touchez pas à votre chef-d’œuvre, Alexandre. Not thyme. Do not touch your masterpiece, Alexandre.
Non. C’est accompagné de betteraves rouges au paprika dans une soupe de mâche à l’écume de carotte avec un trait de vinaigre d’Azincourt. No. This is accompanied by beetroot paprika in a soup of lamb’s lettuce with carrot foam with a dash of vinegar of Agincourt.
Non. J’aime ma femme c’est tout. No. I love my wife that’s all.
Non. Tu te rends compte, t’as agressé six clients pour une cuisson de viande. No. You realize, you’ve attacked six customers over a cook of meat.
Nous sommes en direct. Jacky aime me taquiner. We are live. Jacky likes to tease me.
Oh, non, pas question, je fais pas de télé. Si ma femme regarde… Oh, no, no way, I’m no TV. If my wife looks …
OK, merci. Bonjour madame. OK, thank you. Hello ma’am.
On a besoin d’ingrédients pour baisser le prix de notre gamme de surgelés et de plats sous vide. We need ingredients to lower the price of our range of frozen and vacuum dishes.
On a découpé les tendrons de veau en morceaux. We have cut the veal tenders into pieces.
On a mis du fromage dans une omelette, j’ai été mordu. We put cheese in an omelette, I was addicted.
On comprends pas. Quoi ? We do not understand. What?
On m’appelle le Mozart du piano de cuisine. They call me the Mozart of the piano of cooking.
On mange pas en vingt minutes. No one eats in twenty minutes.
On n’est pas au cabaret ? We are not at the tavern?
On préfère le rouge. We prefer the red.
On sait pas, s’ils savent ce qu’ils mangent. We do not know if they know what they eat.
On sait, à notre âge, si on aime ou si on n’aime pas. We know, at our age, if you like, or if you do not like.
On va où ? Where are we going?
Oui, c’est Madamoiselle Lagarde. Je voudrais un double cheese et un coca. Yes, this is Ms. Lagarde. I would like a double cheese and a coke.
Oui, j’y avais pas pensé. Yes, I had not thought of.
Oui, je l’ai dit, je le fais. C’est juste pour six mois. Yes, I said, I do. It’s just for six months.
Oui, je sais. Yes I know.
Oui, oui, y a quelque chose. Devine qui est venu me féliciter. Yes, yes, there is something. Guess who came to congratulate me.
Oui. Vous allez me signer un contrat de travail ? Yes. You will sign me to a work contract?
Papa, j’ai ma date pour ma soutenance. Papa, I have my date for my defense.
Par cœur. By heart.
Pardon ? Pardon?
Pardon, je m’endors. Qu’est-ce que tu m’as dit ? Bonne nuit, mon nouveau Jacky. Excuse me, I fall asleep. What is it that you told me? Good night, my new Jacky.
Pardon…oui. Sorry … yes.
Parlez-lui. Elle comprendra. Talk to him. She’ll understand.
Pas du tout. Not at all.
Paul Bocuse dit toujours… Paul because he always said …
Pendant ce temps, moi, Brian, j’ai pelé les carottes. Meanwhile, me, Brian, I peeled carrots.
Permettez. Violà, Une bouchée parfaite. Allow me. Here it is, a perfect bite.
Plus tard, Marion. Plus tard. Later, Marion. Later.
Pour les autres restaurants, faut voir avec lui. For other restaurants, to see with him.
Pour pas être reconnu. To not be recognized.
Pour vous réchauffer le cœur, je vous propose le velouté de poireaux au miel d’acacia. To warm your heart, I offer you the cream of leek with acacia honey.
Pourquoi Brian ? Why Brian?
Pourquoi il a mis des lunettes ? Why he puts on glasses?
Pourquoi il va à la télé, alors ? Why does he go on the TV, then?
Pourquoi. Why.
Qu’avez-vous mis dans les assiettes ? What did you put on the plates?
Qu’est-ce que c’est ? What is it?
Qu’est-ce que je t’ai dit? What did I say to you?
Qu’est-ce que tu fais là ? What are you doing here?
Qu’est-ce que vous faites? What do you doing?
Quand l’oignon devient translucide, on rajoute les poireaux. When the onion is translucent, we add the leeks.
Que je te revoie plus avec tes conneries au paprika! Let me see you again with your bullshit paprika!
Que vous dit cette carotte ? What does this carrot say to you?
Quel rapport avec moi ? What do you report to me?
Qui sait pas ça ? Who does not know that?
Quoi, tu corresponds plus à l’image du groupe. Je te présente Cyril. What, you match more the group image. I present Cyril.
Quoi…vous voulez mettre de la ciboulette ? What … you want to put chives?
Râpez ça. Mettez-la dans le st-pierre. Grate it. Put it in the St-Pierre.
Râpez-moi. Elle voudrait être râpée. Grate me. She wants to be shredded.
Regarde comme c’est joli. Look how pretty it is.
Si le Cargo Lagarde utilise ces produits, on aura le feu vert. If the Cargo Lagarde using these products, we have the green light.
Si vous m’écoutez, on peut atteindre des somments de création culinaire. If you listen to me, you can reach the summit of culinary creation.
Si vous revenez, je vous colle en chambre froide. If you come back, I stick you in a cold room.
Son prénom américain. His American name.
Soyons sérieux. Messieurs, s’il vous plaît. Let’s be serious. Gentlemen, please.
Stanislas Matter m’a déjà fait signer le contat. Stanislas Matter I already signed a contract.
Super ! Tu t’en vas ? Great! You go away?
Super. Ils mangent quoi ? Great. They eat what?
Sur le plateau télé, faire mon émission. On the TV set, do my show.
T’annules, tu reportes, tu repousses. Tu parles. Te voided, you deferred, you regrowth. You bet.
T’as dit que tu prendrais n’importe quoi. You said you would take anything.
T’as vu notre découvert ? Have you seen our out?
T’es nouveau? Are you new?
T’es sûre ? Are you sure?
Ta gueule ! Mesdames et Messieurs, bon appétit. A la semaine prochaine. Shut up! Ladies and gentlemen, good appetite. Until next week.
Taisez-vous. Shut up.
Topinambours. Velouté. Courges en gaspacho. Ton menu date du siècle dernier, Alexandre. Jerusalem artichokes. Velvety. Squash gazpacho. Your menu from the last century, Alexander.
Tous les ans, c’est pareil. Tu crois que tu vas perdre une étoile. Goûte te de. Every year it’s the same. You think you’re going to lose a star. You taste.
Très bien. Eh, là-bas, vous sentez quoi ? Very well. Hey there, you feel it?
Tu le connais ? You know him?
Tu le prends ce bouquet ? You take this bouquet?
Tu m’as parlé d’un truc… You told me a thing …
Tu parles. Pas pour la carte du Printemps. No, je n’y arrive pas. You bet. Not for the Spring menu. No, I can not wait.
Tu peux pas me faire ça. Je t’ai appris ce qu’est une paupiette. You cannot do this to me. I taught you about a paupiette.
Tu pourras continuer à faire ta belle cuisine de tradition. You’ll be able to continue to do your fine traditional cuisine.
Tu restes combien de temps à faire cette fenêtre ? You stay how long to make that window?
Tu sais ce qui m’est arrivé ? You know what happened to me?
Tu savais ça ? You knew that?
Tu t’es fait renvoyer de la résidence ? You have returend to the residence?
Tu vas m’aider à passer devant la commission d’agrément, et mon ministre. You’re going to help me pass the accreditation commission, and my minister.
Tu vas pas te commander un hamburger ? You’re not going to order yourself a hamburger?
Tu vas venir? You’re coming?
Tu vois le peintre là-bas ? You see the painter there?
Un conseil d’ivrogne. Non, avec de la blanquette on prend un blanc sec. The advice of a drunk. No, with stew we take a dry white.
Un essai. On verra plus tard. A try. We will see later.
Un faugères pour la huit. A faugères for eight.
Une aubergine, c’est susceptible. Il faut pouvoir la regarder dans les yeux. An eggplant is susceptible. Must be able to look her in the eyes.
Une bœuf carottes-frites. A carrot chips beef.
Une entrecôte-frites. A steak and chips.
Une note d’estragon n’aurait pas fait de mal. A note of tarragon would not hurt.
Verser sur le bœuf, saupoudrer de chapelure, arroser de beurre fondu. Les clous de girofle. Zeste d’orange. Pour over beef, sprinkle with breadcrumbs, drizzle with melted butter. Cloves. Orange peel.
Violà, comme par example, un muscadet deux mille trois. Viola, for example, a Muscadet from two thousand and three.
Vos preferée, elle tiennent bien dans l’eau bouillante. Your favorite it hold well in boiling water.
Votre serveur me l’a proposé. Your server proposed it to me.
Vous auriez une idée pour un assistant disponible ? Non, je l’ai déjà appelé. Ah, y a vraimente personne. Ah, tu es là, ma chérie. You would have an idea for an available assistant? No, I already called. Ah, there is really a person. Oh, you’re here, dear.
Vous avez raison, je vais lui dire la vérité, ma femme. You’re right, I’ll tell him the truth, my wife.
Vous commencez à me gonfler la deuce. Au revoir, monsieur. You begin to swell my deuce. Goodbye, sir.
Vous en faites pas, Messeiurs le peintre. C’est normal. Do not worry, Messeiurs the painter. This is normal.
Vous êtes en retard. You’re late.
Vous êtes en train de le bouillir. Il faut le faire au bain-marie pas plus de dix minutes. You are about to boil. This must be done in a water bath no more than ten minutes.
Vous êtes sûr ? You’re sure?
Vous lui brodez son nom sur cargo. Embroider his name on cargo.
Vous mettiez de l’estragon. You put tarragon.
Vous n’auriez pas fait cette erreur. You would not have made that mistake.
Vous occupez pas de ça. La création, c’est moi. Don’t worry about that. The creation, it’s me.
Vous pourvez m’appeler Brian pendent l’emission ? You called me Brian during the show?
Vous préférez le rouge ? Pas de problème. Dan en cas, on va se replier vers l’entrecôte-frites. You prefer red? No problem. In that case, we will fall back to the steak-fries.
Vous serez dans mon cœur et dans ma tête. You will be in my heart and in my head.
Vous voulez pas me laisser une chance ? Une semaine ? You do not want to give me a chance? A week?
Vous vous êtes donné le mot ? You gave yourself the word?
Y a de plus en plus de Russes qui viennent au restaurant. There’s more and more Russians who come to the restaurant.
Y a un truc grave. There’s a serious thing.