Listening Exercise – Ronsard

Bonjour et bienvenue sur cette leçon consacrée à la poésie de Ronsard, poète du 16e siècle, et en particulier aux poèmes de Ronsard qui appartiennent au recueil de poésie appelé “Les Amours”, et qui a été écrit en 1552.

Hello and welcome to this lesson dedicated to the poetry of Ronsard, poet of the 16th century, especially the poems of Ronsard that belong to the collection of poems called “The Romance”, which was written in 1552.

Alors Ronsard écrit des poèmes qui mettent en scène un personnage, “je”, le pronom “je”. On a déjà dit que en général on appelle “je”, dans un texte, le narrateur. Mais la particularité de la poésie de Ronsard, c’est que “je” le narrateur parle de ses émotions, et en particulier de son amour pour un autre personnage une femme, Cassandre.

Then Ronsard wrote poems that depict a character, “I,” the pronoun “I”. It has been said that in general we call ‘I’ in a text, the narrator. But the peculiarity of the poetry of Ronsard, is that “I” narrator talks about his emotions, especially his love for another character a woman, Cassandra.

Et ce “je”, ce personnage, qui parle de son amour, en poésie, on ne l’appelle pas le narrateur, il a un nom différent, on l’appelle le sujet lyrique. “Lyrique” pourquoi? Parce qu’il chante en poésie ses sentiments. Alors que la particularité de ce recueil de poésie c’est le nombre: “Les Amours”.

And this “I”, this character, who speaks of his love poetry, you do not call the narrator, has a different name, it is called the lyrical subject. “Lyrical” why? Because he sings poetry feelings. While the feature of this poetry collection is the number: “The Loves”.

C’est pas singulier, c’est pluriel. Pourquoi le titre “Les Amours” au pluriel, alors que l’objet d’amour du sujet lyrique c’est une femme, Cassandre? Ça c’est une question intéressante. Une particularité de l’amour, dans ce style de poésie, la poésie lyrique, la poésie amoureuse lyrique, c’est que cet amour n’est pas réalisé.

It is not singular is plural. Why the title “Love” in the plural, while the love object of lyrical subject is a woman, Cassandra? That’s an interesting question. A peculiarity of love in this style of poetry, lyric poetry, lyric love poetry is that this love is not realized.

C’est un amour frustré, un amour idéal, en quelque sorte, ou platonique, si on veut, qui n’est jamais réalisé et donc qui provoque chez le sujet lyrique un sentiment de langueur. La langueur, c’est le désir pour un objet qu’on ne peut pas posséder.

It’s a frustrated love, an ideal love, somehow or platonic, if you will, which is never realized and which therefore provokes the lyrical subject a feeling of languor. Languor, is the desire for an object that you can not possess.

[Note: Languorous refers to a certain kind of mood everyone gets in sometimes — when you’d rather lie around thinking than doing work or having fun. When you’re languorous, you’re tired and maybe a little depressed.]

“Les Amours” ce sont des poèmes sur le sentiment de la langueur amoureuse, un amour langoureux. Ronsard emprunte ce genre de poésie lyrique amoureuse à un autre poète italien qui le précède: Pétrarque. Et il emprunte aussi à Pétrarque la forme du sonnet.

“The Loves” These are poems about the feeling of love languor, a languorous love. Ronsard borrows this kind of love lyric to another Italian poet preceding Petrarch. And it also borrows the Petrarch sonnet form.

Un sonnet c’est un poème qui est composé de 4 paragraphes. Alors en poésie on appelle pas des paragraphes des “paragraphes”, on appelle des paragraphes, des “strophes”. Donc le sonnet est composé de quatre strophes qui ont un nombre de vers précis.

A sonnet is a poem that consists of 4 sections. So poetry is not known paragraphs of “paragraphs”, called paragraphs, “stanzas”. So the sonnet has four stanzas that have a specific number of worms.

Les deux premières strophes ont chacune 4 vers. On appelle ces strophes des quatrains. Et les deux dernières strophes ont chacune 3 vers, et on appelle ces strophes des tercets. Donc un sonnet c’est un poème de quatorze vers, composé de deux quatrains, puis de deux tercets.

The first two stanzas each have 4 to. We call these verses quatrains. And the last two stanzas each have three verses, and these are called stanzas of triplets. So what a sonnet is a poem of fourteen lines, consisting of two quatrains and two triplets.

Cette structure aide à lire le poème. Alors on va voir par exemple dans ce poème qui s’appelle: “Ces liens d’or, cette bouche vermeille”, qui appartient au recueil “Les Amours”. Le premier quatrain, que je lis maintenant: “Ces liens d’or, cette bouche vermeille, Pleine de lis, de roses et d’œillets, Et ces coraux chastement vermeillets, Et cette joue á l’Aurore pareille »

This structure helps to read the poem. So we’ll see for example in this poem called: “These gold links, this red mouth”, which belongs to the collection “Les Amours”. The first quatrain, I’m reading now: “These gold links, this red mouth Full of lilies, roses and carnations, and these corals chastely vermeillets, á And this plays like the Dawn”

Dans ce premier quatrain, on a une description, la description de Cassandre, l’objet aimé par le sujet lyrique. Cette description est composée de comparaisons, des analogies, des métaphores, entre des parties du visage de Cassandre et différents objets.

In the first quatrain, one has a description, the description of Cassandra, the beloved by the lyrical subject. This description is made of comparisons, analogies, metaphors, between parts of the face Cassandra and different objects.

Par exemple, les “liens d’or”. Qu’est ce que c’est les “liens d’or”? Des liens ce sont des fils. Et l’or, c’est la couleur jaune. Donc des fils jaunes, ce sont les cheveux. Les cheveux de Cassandre, qui sont blonds, et qui sont sans doute bouclés, et qui font des liens, des liens évidemment où le sujet lyrique et prisonnier, parce qu’il est amoureux.

For example, “gold links.” What is the “golden link”? Links that are the son’s. And gold is the color yellow. So yellow son, it’s the hair. Hair Cassandra, who is blond, and are probably curly, and who make links, links course where the lyrical subject prisoner because he is in love.

La “bouche vermeille”, c’est une description de la couleur rose (vermeille c’est rose) de la bouche. Pleine de lis, de roses” “et d’œillets”. Alors pourquoi la bouche et pleine de fleurs? Ces fleurs ce sont des fleurs roses, comme la rose, ou blanches, comme le lis, ou l’œillet.

The “red mouth” is a description of the color pink (crimson is pink) from the mouth. Full of lilies, roses and carnations.” So why the mouth and full of flowers? These flowers are pink flowers such as pink, or white, like the lilies or carnations.

C’est une comparaison. L’œillet et le lys, ce sont les dents blanches qui sont dans la bouche de Cassandre. Et la rose, on peut penser que c’est la langue, par exemple. Donc c’est une métaphore qui décrit la bouche de Cassandre. “Et ces coraux chastement vermeillets,” Les coraux vous savez ce sont ces plantes qui vivent sous la mer, qui ont une couleur blanche.

This is a comparison. The carnation and lily, are the white teeth are in the mouth of Cassandra. And the rose, one can think that it is the language, for example. So it is a metaphor that describes the mouth of Cassandra. “And these chastely vermeillets corals,” Corals you know what these are plants that live under the sea, which have a white color.

Mais ici ce sont des coraux un peu vermeillets, un peu rose. Alors on peut imaginer que c’est la couleur de la peau du visage de Cassandre qui est blanche, et un peu rose. Chastement rose. Pourquoi “chastement” rose? Parce que le visage rougit de pudeur et de timidité.

But here are some vermeillets corals, slightly pink. So one can imagine that it is the color of Cassandra facial skin is white and slightly pink. Chastely rose. Why “chastely” Pink? Because the face blushed with modesty and shyness.

C’est un personnage chaste, timide. Et puis finalement “Cette joue à l’aurore pareille;” c’est une comparaison entre la couleur rose des joues, et la couleur rose de l’aurore. Donc toutes ces comparaisons sont des comparaisons qui sont empruntées au vocabulaire de la poésie lyrique amoureuse de Pétrarque.

It is a chaste character, shy. And finally “This plays like the dawn;” This is a comparison between the color pink cheeks, and the pink color of the dawn. So all these comparisons are comparisons that are borrowed from the vocabulary of love lyric poetry of Petrarch.

C’est donc un premier quatrain qui se concentre sur le visage de Cassandre, de l’objet aimé. Avançons dans le deuxième quatrain. “Ces mains, ce col, ce front et cette oreille, Et de ce sein les boutons verdelets, Et de ces yeux les astres jumelets, Qui font trembler les âmes de merveille,”

It is therefore a first quatrain that focuses on the face of Cassandra, the beloved object. Move into the second stanza. “These hands, neck, forehead and it that way, and this within the verdelets buttons, And the eyes of those jumelets stars, who are shaking the souls of wonder,”

Le regard du sujet lyrique Descend du visage vers le corps. Puisqu’on a les mains, le col, le front, l oreille. Donc, c’est pas vraiment le corps mais c’est plutôt que le regard qui était très près du visage au début, ici il s’éloigne et donc on voit le corps et les oreilles et le front, et les seins aussi, de ce sein “les boutons vertelets”, encore une comparaison entre les tétons, le bouton des seins, et le bouton des fleurs. “Et de ces yeux les astres jumelets”, les yeux sont comparés à des étoiles jumelles, “Qui font trembler les âmes de merveille”.

The look of the lyric subject Descend the face to the body. Since we have hands, neck, forehead, ear. So this is not really the body but rather the look that was very close to the face at first, here he leaves and therefore we see the body and ears and forehead and breasts too, within this “vertelets the buttons”, even a comparison of the nipples, the button of the breasts, and the button flowers. “And those eyes jumelets the stars,” the eyes are compared to twin stars, “Who are shaking the souls of Wonder”.

C’est une énumération de toutes les qualités du corps, de toutes les parties du corps de Cassandre.  Toutes ces parties du corps ce sont des sujets des sujets grammaticaux, du verbe qui suit. Le verbe qui suit, le premier verbe du poème, apparaît dans le premier tercet.

This is a list of all the qualities of body, every part of the body of Cassandra. All these parts of the body that are subjects of grammatical subjects, the following verb. The verb that follows, the first word of the poem appears in the first tercet.

Toutes ces parties du corps “firent nicher Amour” “dedans mon sein” “Qui gros de germe avait le ventre plein” “D’œufs non formés qu’en notre sang il couve.” Donc le verbe: “Firent nicher”. Vous connaissez la forme “firent”, c’est un passé simple, c’est le passé simple du verbe “faire” à la troisième personne du pluriel.

All these body parts “made love nest” “in my breast” “Who wholesale germ had a full stomach” “On untrained eggs that it incubates our blood.” So the verb “made nest.” You know as “made”, it is a simple past is the simple past tense of “to do” in the third person plural.

Donc ces parties du corps firent, causèrent que Amour niche dans mon sein. Amour s’installe dans mon sein. Ici “Amour” a une lettre majuscule, parce qu’Amour c’est un personnage. C’est le dieu de l’antiquité Amour qui est souvent représenté comme un petit enfant nu avec des ailes et un arc.

So these body parts did, that caused love nest in my breast. Love settles in my breast. Here “Love” has a capital letter, because that Love is a character. It is the god of antiquity Love which is often represented as a little child naked with wings and a bow.

Donc Amour est un personnage. Amour s’installe dans le sein, dans le cœur du sujet lyrique à cause de toutes ces parties qui “firent nicher Amour dedans mon sein”. Et la particularité du sein, du cœur du sujet lyrique, c’est que ce sein est “plein de germe”, il a le ventre plein, il est “gros de germe” c’est-à-dire plein de germe.

So Love is a character. Love settles in the breast, in the heart of lyrical subject because of all these parties “made love nest in my breast.” And breast particularity, the heart of the lyrical subject is that it is in “full germ” he full stomach, it is “big germ” that is to say, full germ.

Des germes ce sont donc des embryons, des graines, des embryons si on prend une métaphore animale, des graines, si on prend une métaphore végétale. Ça c’est très original. C’est pas le vocabulaire traditionnel de Pétrarque. Il y a dans le sujet lyrique des embryons d’Amour.

Germs that are embryos, seeds, embryos if we take an animal metaphor, seeds, if we take a vegetable metaphor. That’s very original. This is not the traditional vocabulary of Petrarch. There in the lyrical subject of Love embryos.

C’est très étrange. Alors on peut l’interpréter de la manière suivante: le sujet lyrique avant de rencontrer Cassandre, avait déjà des pensées érotiques, des désirs langoureux, qui étaient là en germe embryonnaires, et quand il a vu Cassandre, toutes ses pensées érotiques tous ses désirs langoureux ont éclos, se sont développés. Une façon de dire que quand on aime, c’est parce que d’abord on aime l’idée d’aimer, et ensuite on rencontre quelqu’un qu’on peut aimer.

It’s very strange. So it can be interpreted as follows: the lyrical subject before meeting Cassandra, already had sexual thoughts, desires languorous, who were there in embryonic germ, and when he saw Cassandra, all sexual thoughts all his desires languorous hatched, grew. A way of saying that when you love, it is because first we like the idea of ​​love, and then you meet someone you can love.

Dernier tercet: “Comment vivrai-je autrement qu’en langueur, Quand une engeance immortelle je trouve D’amours éclos et couvés en mon cœur?” Le sujet lyrique demande: Je ne peux pas vivre je ne peux vivre que en langueur dans un désir frustré, parce que non seulement Amour est dans mon cœur, mais une engeance d’Amours, une foule d’Amours toute une génération d’Amours sont dans mon cœur.

Last tercet: “How shall I live otherwise than languor When I find an immortal breed of loves hatched and incubated in my heart?” The lyrical subject request: I can not live I can not live in that languor in a frustrated desire, because not only love is in my heart, but a breed d’Amours, a crowd of a Amours d’Amours generation are in my heart.

Ce sont tous ces germes, ces embryons d’Amours au pluriel qui ont éclos dans mon cœur. C’est une image très étrange qui nous renvoie à la question pourquoi le titre du recueil de ses poèmes c’est “Les Amours” au pluriel, alors qu’il y a seulement un objet d’amour, Cassandre?

These are all germs, these embryos Amours plural that have hatched in my heart. This is a very strange image that returns us to the question why the title of the collection of his poems is “The Romance” in the plural, while there was only an object of love, Cassandra?

Donc cette image très étrange: il y a plein d’Amours dans mon cœur. Une façon d’interpréter cette question – Pourquoi les Amours au pluriel? – c’est que le sujet lyrique est amoureux pas seulement de Cassandre, mais de toutes les parties de son corps: les yeux, la joue, la bouche, et dans la bouche les dents et la langue etc.

So this very strange picture: there are plenty of Amours in my heart. One way to interpret this question – Why Amours plural? – Is that the lyrical subject is in love not only Cassandra but all his body parts: eyes, cheek, mouth, and teeth in the mouth and tongue etc.

Ce sont “des amours” de Cassandre. C’est un amour pluriel. C’est un amour qui est vécu à travers la pluralité. Une autre façon d’interpréter le pluriel dans “Les Amours” c’est d’interpréter ce plurie comme un commentaire sur la poésie elle-même.

These are “loves” Cassandra. This is a plural love. It is a love that is lived through the plurality. Another way to interpret the plural in “The Romance” is to interpret this as a comment on poetry itself.

La poésie de Ronsard utilise beaucoup la répétition de certaines voyelles et la répétition de certaines consonnes pour créer des effets poétiques. Par exemple dans le vers “vermeillets,…” Ronsard répète la consonne “ill”. Dans “Ces liens d’or, cette bouche vermeille, Pleine de lis, de roses et d’œillets, Et ces coraux chastement vermeillets, Et cette joue á l’Aurore pareille;”

The poetry of Ronsard uses much repetition of certain vowels and the repetition of certain consonants to create poetic effects. For example in the verse “vermeillets, …” Ronsard repeats the consonant “ill”. In “These gold links, this red mouth Full of lilies, roses and carnations, and these corals chastely vermeillets, and this plays like the Aurora”

La répétition du son “ill” on l’entend dans “vermeillets” dans “lien”, dans “vermeile” dans “merveille”, dans “pareille”, dans “œillets”. On observe cette répétition de consonnes – cette répétition de consonne s’appelle un allitération. – maintenant il faut l’interpréter. Qu’est-ce que c’est justement la consonne “ill”, pour la prononcer, il faut utiliser une grande partie de sa langue, coller sa langue contre son palais et utiliser de la salive.

The repetition of his “ill” is understood in “vermeillets” in “link” in “vermeile” in “wonder”, in “such” in “Carnation”. We observe the repetition of consonants – this consonant repetition is called alliteration. – Now it should be interpreted. What is precisely the consonant “ill”, for the rule, use a large part of his tongue, sticking his tongue against his palate and use of saliva.

En quelque sorte, la consonne “ill” c’est une consonne très humide, très érotique, donc ça convient bien pour décrire l’érotisme du sujet lyrique pour Cassandre. Un autre exemple c’est la répétition de voyelles. La répétition de voyelles, on appelle ça une assonance. Allitération: répétition de consonnes; Assonance: répétition de voyelles. Voici un exemple d’assonance dans le tercet “Comment vivrai-je autrement qu’en langueur, Quand une engeance immortelle je trouve D’Amours éclos et couvés en mon cœur?”

Somehow, the consonant “ill” is a very damp consonant, very erotic, so it is well suited to describe the eroticism of lyrical subject to Cassandra. Another example is the repetition of vowels. The repetition of vowels, it’s called an assonance. Alliteration: repetition of consonants; Assonance: Repeat vowels. An example of assonance in the tercet “How shall I live otherwise than languor When I find an immortal breed of loves hatched and incubated in my heart?”

Quelle voyelle on entend? Quelle assonance on entend dans ce tercet? on entend la voyelle “en”, la voyelle nasale, dans les mots “comment”, “autrement”, “langueur”, “engeance”. Une fois qu’on a observé cette assonance, comment l’interpréter?

What is meant by vowel? What is meant assonance in this tercet? Vowel means “in” nasal vowel in the word “how”, “other”, “languid”, “breed”. Once we observed this assonance, how to interpret it?

Heuuu…La voeyelle nasale en français, est souvent utilisée comme une interjection pour exprimer l’ennui ou la plainte. Donc on peut interpréter cette assonance comme une illustration de la plainte, de la langueur du sujet lyrique.

Heuuu … Nasal “voeyelle” in French, is often used as an interjection to express boredom or complaint. So we can interpret this assonance as an illustration of the complaint, the languor of the lyrical subject.

Encore un dernier exemple, cette fois-ci d’allitération, de répétition de consonnes. Dans le même tercet, écoutez la répétition des consonnes “v”, “j” et “z”. “Comment vivrai-je autrement” “qu’en langueur,” “Quand une engeance immortelle je trouve” “d’Amours éclos et couvés en mon cœur?”

One last example, this time of alliteration, repetition of consonants. At the same triplet, hear the repetition of consonant “v”, “j” and “z”. “How shall I live differently” “that languor,” “When I find an immortal breed” “the loves hatched and incubated in my heart?”

La particularité des consonnes “v”, “j” et “z”, c’est que pour les prononcer, il faut souffler de l’air, et aussi activer ses cordes vocaliques. C’est pour ça qu’on appelle ces consonnes des consonnes fricatives. Parce qu’il faut souffler de l’air. Comment interpréter cette allitération avec des consonnes fricatives?

The peculiarity of the consonants “v”, “j” and “z” is that to deliver them, we must blow air, and also activate its vowel strings. That’s why we call these consonants fricatives consonants. Because we must blow air. How to interpret this alliteration with fricative consonants?

heuuu…La consonne fricative demande qu’on souffle de l’air. Donc c’est comme un soupir. Un soupir exprime souvent la langueur. On peut interpréter cette allitération en consonnes fricatives comme une illustration de la langueur du sujet lyrique pour Cassandre.

heuuu … The consonant fricative asks that blows air. So it’s like a sigh. A sigh often expressed languor. This alliteration can be interpreted in fricative consonants as an illustration of the languor of the lyrical subject to Cassandra.

Vous voyez que “les Amours” au pluriel, ça veut dire les parties du corps dont le sujet lyrique est amoureux, mais ça veut aussi dire le rapport érotique à la langue que Ronsard propose à son lecteur. Un rapport où la pluralité, la multiplicité, la répétition de certaines voyelles, à travers des assonances, et de certaines consonnes, à travers des allitérations, créent en effet érotique, un rapport érotique au langage qui est en quelque sorte réussi, en comparaison au rapport érotique à l’objet-Cassandre, l’objectif unique, qui est échoué, qui ne réussit pas.

You see that “Love” in the plural, that means body parts whose lyrical subject is love, but it also means the erotic relationship to language that Ronsard offers his reader. A report plurality, multiplicity, the repetition of certain vowels, through assonance, and certain consonants, through alliteration, create erotic in effect, an erotic relationship to language that is somehow managed, compared to erotic relationship to the object-Cassandra, the only objective, which is failed, that fails.

Donc vous quand vous lisez ces poèmes de Ronsard, “Les Amours”, essayez de reconstruire, de créer ce rapport érotique à la langue, en faisant attention, en observant des allitérations, et en observant des assonances et en cherchant à les interpréter.

So when you read these poems of Ronsard, “The Loves” try to rebuild, to create this erotic relationship to language, being careful, observing alliteration, assonance and observing and looking for the interpreter.

Advertisements